Sans politique de tests de masse, pas de déconfinement

Frederic Sierakowski / Isopix

Le nombre de personnes hospitalisées continue de baisser. Mais cette diminution reste très lente. Dans les maisons de retraite, le nombre de décès explose. Les autorités appellent au respect du confinement. Nous attendons toujours une politique de tests massive.

Les chiffres:

  • 310 nouvelles hospitalisations au cours des 24 dernières heures.
  • 239 personnes ont pu sortir de l’hôpital depuis dimanche.
  • En tout, 5.393 personnes sont actuellement hospitalisées, donc 1.234 dans les unités de soins intensifs.
  • 303 décès ont été annoncés ce matin. Parmi ces décès, 105 ont eu lieu à l’hôpital et 195 dans les maisons de repos. Les personnes décédées dans les maisons de retraite sont en grande partie des cas assimilés, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas été testés, mais qu’ils présentaient des symptômes proches du coronavirus.
  • Depuis le début de l’épidémie, 3.903 personnes sont mortes suite à des complications liées au coronavirus. 53% de ces décès ont eu lieu à l’hôpital et 43% dans les maisons de retraite.
  • Hier, 4.377 tests ont été effectués et 942 sont revenus positifs.

Lire aussi : Vers un port du masque obligatoire ? Réponse définitive mercredi prochain

Analyse

Lors de la conférence de presse, Emmanuel André a proposé une analyse des chiffres de ces derniers jours: ‘Depuis le début du mois, nous voyons une diminution du nombre de personnes hospitalisées. Et c’est un signe positif’. Mais c’est loin d’être suffisant. ‘Cette diminution est beaucoup moins rapide que la croissance que nous avons observé les semaines antérieures.’

On peut d’ailleurs très bien voir cette tendance dans les graphiques de Nicolas Vandewalle, professeur en statistique à l’ULiège. Il fait d’ailleurs aussi remarquer que le nombre de personnes en soins intensifs semble avoir atteint un plateau.

Il n’est pas encore question pour les spécialistes interfédéraux de revoir les mesures de sécurité sanitaire, car le pays n’a pas encore un niveau suffisamment bas, que ce soit au niveau de la propagation du virus ou du nombre d’hospitalisations. Les deux prochaines semaines seront cruciales. Car ce sont nos actions quotidiennes qui auront un impact direct sur l’évolution de l’épidémie. ‘Cette descente de la courbe ira d’autant plus vite que nous respectons les mesures qui sont demandées’.

Le virologue Steven Van Gucht pointe directement du doigt le relâchement observé dans la population ces derniers jours. ‘Il y a un risque de nouveau pic si nous ne respectons pas plus les règles ou si nous les considérons de manière laxiste.’ Il n’hésite d’ailleurs pas à menacer la population: ‘Il y a des individus qui, par leur mauvaise conduite, vont nous amener vers un confinement comme celui de Wuhan. Vous ne pourrez plus sortir pour faire de l’exercice ou travailler’.

Encore trop peu de tests effectués

Très bien. Mais au-delà du respect du confinement, si nous n’avons pas une politique suffisante de tests, impossible de commencer le déconfinement progressif.

Aujourd’hui, cela fait plus de deux semaines que le gouvernement a annoncé qu’il était possible de faire 10.000 tests par jour. Pourtant, moins de 5.000 tests ont été effectués hier.

On peut cependant espérer que ce nombre commence enfin à augmenter cette semaine. Le groupe de réflexion autour des tests a décidé d’élargir les critères. Ainsi toute personne ayant des symptômes grippaux et appartenant à une collectivité (hôpitaux ou maisons de retraite) sera testée. Cela vaut aussi bien pour les résidents que pour le personnel. Au sein de la population, toute personne présentant un certain nombre de symptômes sera aussi testée.

Mais pour préparer un déconfinement, par exemple par catégorie d’âge, il faut une politique de tests de masse. Et on en est très loin. Par ailleurs 40.000 tests vont être faits dans les maisons de repos où la situation est dramatique. C’est là aussi loin d’être suffisant.

Plus de morts dans les maisons de repos qu’à l’hôpital

Depuis quelques jours, le nombre quotidien de personnes décédées dans les maisons de repos dépasse celui des hôpitaux. Il y a donc actuellement plus de risques de mourir dans une maison de retraite qu’à l’hôpital.

Des mesures ont été prises: l’armée a été appelée en renfort et de nouveaux tests doivent être effectués. Mais cela ne semble pas encore porter ses fruits. On peut aussi espérer que la diminution des hospitalisations observée ces derniers jours permettra de mieux prendre en charge les personnes âgées qui ont besoin de soins.