Sans faire de bruit, Cuba élabore son vaccin maison: l’île a de grandes ambitions

Alors que la course aux vaccins bat son plein aux quatre coins du monde, leur conception est principalement le fait des pays les plus riches. Cuba n’en a cure: l’île développe son propre vaccin. Et l’optimisme est de mise.

Jusqu’ici, les vaccins qui sont inoculés à la population mondiale ont été conçus au sein des plus grandes puissances. Les États-Unis (Moderna et Pfizer, avec BioNTech), le Royaume-Uni (Oxford/AstraZeneca), la Chine (Sinovac et Sinopharm), la Russie (Spoutnik V), l’Allemagne (BioNTech, avec Pfizer) et l’Inde (Bharat Biotech) sont au rendez-vous.

Parmi ces mastodontes, un plus petit pays veut tirer son épingle du jeu: Cuba. Depuis plusieurs mois, l’Institut de Vaccination Finlay (IFV) y développe deux vaccins: le Soberana01 et le Soberana02. D’après les autorités locales, le second est en très bonne voie.

Cette semaine, Soberana02 est entré dans la phase 2 de ses tests, impliquant 900 volontaires. Si elle se solde par un succès, la phase 3, sera lancée au mois de mars. Une ultime étape qui rassemblera 150.000 volontaires.

Début janvier, Cuba a annoncé avoir conclu un accord avec l’Institut Pasteur… d’Iran. C’est donc là-bas que se déroulera en grande partie la phase 3 des tests cliniques de Soberana02.

Tous les Cubains vaccinés avec le vaccin local

Cuba procédera à ses tests à grande échelle en Iran, car le coronavirus ne sévit que trop faiblement sur son territoire. Depuis le début de la pandémie, Cuba a enregistré moins de 20.000 cas de coronavirus sur son sol. Pour à peine 180 décès.

De leur côté, les autorités iraniennes se réjouissent également de ce deal car elles refusent les vaccins américain et britannique.

Si Cuba réussit le développement de Soberana02, il s’agira du premier vaccin contre le Covid-19 mis au point en Amérique latine. Le Dr Vicente Vérez, directeur de l’Institut de Vaccination Finlay, estime que les vaccinations pourraient même débuter dans le courant du premier semestre de 2021.

‘Si tout se passe bien, cette année, toute la population cubaine sera vaccinée’, a-t-il avancé, précisant que le vaccin cubain pourrait également être proposé aux touristes.

Cuba compte un peu plus de 11,3 millions d’habitants. Or, 100 millions de doses du Soberana02 sont prévues. Le pays compte donc en exporter ailleurs dans le monde. L’Iran fait évidemment partie des pays intéressés.

José Moya, représentant local de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), s’est dit ‘optimiste’. ‘Cuba a plus de 30 ans d’expérience dans la production de ses propres vaccins et près de 80% des vaccins du programme national de vaccination sont produits dans le pays’, a-t-il rappelé, cité par Euronews.

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20