Salvini organise la création d’un groupe de droite ‘illibérale’ au parlement européen

Le nationaliste italien Matteo Salvini (Ligue du nord) veut fonder un nouveau groupe politique au Parlement européen. Il serait composé d’une faction du groupe Identité et démocratie, dans lequel siège le Vlaams Belang, d’une faction du groupe Conservateurs et réformistes européens (ECR), où siège la N-VA et de politiciens conservateurs de parti populaire, dont celui du Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

‘Le moment est venu de rassembler les meilleurs de ces trois groupes et de jouer un rôle décisif au Parlement européen’, a déclaré Salvini dimanche à Cascais, au Portugal. Il assistait là-bas à une conférence du groupe Identité et démocratie.

Salvini a insisté sur le fait qu’il voulait rassembler les meilleurs ‘illibéraux’ du Parlement européen.

Immigration et questions familiales

‘L’Europe n’est pas l’Union européenne, ce n’est pas l’euro. Il implique des millions d’Européens’, a déclaré le leader nationaliste. Il note que ‘les médias traitent cela de rassemblement d’extrémistes’, alors qu’il pourrait être le premier parti avec ‘au moins 130 parlementaires’.

Le politicien a également déclaré que les problèmes d’immigration et sur les lois familiales devaient être traités de toute urgence dans l’UE. ‘À certains moments, quelqu’un à Bruxelles doit dire non à la location d’utérus et à l’adoption d’enfants par des homosexuels’, a déclaré Salvini. ‘J’espère qu’il y aura aussi des membres du PPE qui n’accepteront pas d’être soumis à la gauche’, a-t-il ajouté.

Salvini a suggéré que la prochaine réunion se tienne en Pologne ou en Italie en juin.

ECR

Les dirigeants des plus grands partis politiques qui ont intégré le groupe européen ECR se sont réunis vendredi à Varsovie. Le leader du PiS, Jaroslaw Kaczynski, la cheffe des Frères d’Italie (Fratelli d’Italia), Giorgia Meloni, et le chef du Vox espagnol, Santiago Abascal, ont discuté de la possibilité de créer un nouveau groupe politique européen.

‘Le but de ces pourparlers est la présence d’une force de centre droit vraiment grande au Parlement européen, qui saura mettre un frein à cette direction actuelle extrêmement libérale, extrêmement politisée (…) du développement de l’UE’, a déclaré un membre du parti polonais PiS.

ECR a déjà donné beaucoup de maux de tête à la N-VA. Par exemple, la faction espagnole d’extrême droite Vox défend l’idée d’une Espagne unitaire et rejette toute revendication d’indépendance venant du Pays basque ou de la Catalogne. Cependant, la N-VA entretient des liens étroits, notamment avec les nationalistes catalans.

Italie

En Italie, il y a une bataille pour le trône nationaliste. Salvini se trouve dans une situation difficile alors que son parti perd son soutien aux Frères d’Italie (FDI), un descendant du Mouvement social italien, fondé en 1946 par d’anciens partisans du dictateur Benito Mussolini.

Salvini a démissionné du gouvernement en 2019 dans une tentative infructueuse de déclencher des élections anticipées qu’il aurait très bien pu gagner. Selon les sondages, son parti est toujours le plus populaire dans le paysage politique fragmenté de l’Italie. Mais les FDI de Giorgia Meloni rattrapent leur retard.

Les Frères d’Italie sont le seul des grands partis italiens à ne pas avoir soutenu le gouvernement Draghi. ‘Et cela semble bien arranger les choses dans un pays où beaucoup se méfient encore des banquiers et de Bruxelles’, écrit The Economist. Il ne faudra pas longtemps avant que les FDI ne rattrapent la Ligue.

La proposition de Salvini d’une mise en commun des forces européennes s’apparente donc aussi à une manœuvre électorale stratégique.

‘Illibéral’

Le concept de ‘démocratie illibérale’ a récemment été popularisé par le Premier ministre hongrois Viktor Orbán. Mais il n’est pas le premier à dissocier la démocratie du libéralisme.

L’avocat d’État et philosophe politique Carl Schmitt a soutenu dans les années 1930 que la démocratie et le libéralisme sont en contradiction l’un avec l’autre. La ‘foi libérale dans l’ouverture et la pluralité’ était considérée comme ‘étrangère à l’idée d’une volonté populaire homogène, qui est présupposée par la démocratie’. En raison de son soutien au national-socialisme à l’époque, Schmitt est considéré comme un penseur controversé. Il n’est pas clair si ce soutien était idéologique ou se basait sur un opportunisme vulgaire.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés