La Russie cherche à se remettre dans la course aux satellites pour rattraper son retard sur les États-Unis et la Chine

L’agence spatiale russe Roscosmos veut augmenter considérablement la production de satellites. Deux nouvelles usines seront construites à cet effet selon les déclarations du directeur de Roscosmos, Iouri Borissov, dans une interview accordée au journal économique russe Vedomosti.

Un capital de 50 milliards de roubles (678 millions d’euros) sera levé auprès d’investisseurs pour financer ces projets.

Pourquoi est-ce important ?

La Russie accuse un retard important dans la production de satellites par rapport aux États-Unis et à la Chine, qui sont actuellement ses principaux rivaux dans l'espace. Grâce à d'importants investissements dans des capacités de production supplémentaires, la Russie cherche à se remettre dans la course.

Emprunt obligataire : Pour lever les fonds nécessaires aux projets, Roscosmos prévoit d’émettre des obligations.

  • Les titres seraient offerts sur les marchés financiers en Russie. Roscosmos s’appuierait sur les banques et les investisseurs privés pour son financement.
  • Les obligations auraient des échéances de 15 et 20 ans. Roscosmos prévoit une émission initiale de 10 milliards de roubles l’année prochaine, selon Borissov.
  • Une première usine pourrait être implantée à Krasnoïarsk, une ville de Sibérie orientale située à 3.300 kilomètres de Moscou.
  • Le choix de Krasnoïarsk est délibéré, selon le haut responsable de Roscosmos, qui souligne que toutes les compétences dont l’usine a besoin sont déjà présentes dans cette ville.
  • La deuxième usine sera probablement construite près de Moscou, où il existe un potentiel important d’entreprises avec lesquelles une coopération pourrait éventuellement être établie.
  • « Il faut s’assurer que les matériaux et les composants ne doivent pas être transportés à travers le pays », a précisé M. Borissov.

Les entreprises privées : Borissov a souligné que la Russie produit actuellement environ 15 satellites par an. Cela place le pays loin derrière les États-Unis et la Chine.

  • Au milieu de cette décennie, la Russie devrait déjà être en mesure de produire deux cents à deux cent cinquante satellites par an.
  • La Chine a déjà une capacité de production de plus de cinq cents satellites par an.
  • Le lancement des satellites reposerait à la fois sur les services du gouvernement russe et sur des entreprises privées.
  • Le directeur de Roscosmos s’inspire en cela directement des États-Unis, où les entreprises privées prennent également de plus en plus en charge cette activité.
  • En Russie, Borissov envisage une coopération avec des entreprises telles que Megafon, Beac, Gazprom Space Systems, Barl et Sitronics.
  • Il voit également des opportunités dans une collaboration avec le monde universitaire, avec des institutions telles que l’Institut de physique et de technologie de Moscou, l’Université nationale de recherche de Samara et la Faculté de recherche spatiale de l’Université d’État de Moscou, entre autres.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20