Réforme des retraites: malgré un compromis en vue, la grève continue

Isopix

Le retrait par le gouvernement du fameux ‘âge pivot’ de la réforme des retraites samedi ouvre la voie à une sortie de crise avec le retour à la négociation des syndicats réformistes, mais les opposants ne désarment pas, écartant l’hypothèse d’une fin rapide du conflit.

Les Franciliens qui endurent des difficultés de transport depuis 39 jours risquent d’avoir à patienter: l’intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC, FSU, Solidaires et organisations de jeunesse) appelle à poursuivre le mouvement et à défiler le 16 janvier pour la sixième fois depuis le début du conflit le 5 décembre.

Certes, les ‘réformistes’, opposés à l’âge pivot mais favorables au nouveau système à points (CFDT, Unsa et CFTC) ont saisi la main tendue par le gouvernement, mais les ‘contestataires’ fers de lance des grèves, CGT, FO et Solidaires ne cèdent pas un pouce pour l’instant.

Les assemblées générales de ce lundi donneront une indication sur la poursuite du mouvement à la SNCF et à la RATP.

Les manifestations de jeudi prochain seront aussi un test, alors que l’affluence décroit dans la rue: samedi, les manifestants étaient 149.000 selon le ministère de l’Intérieur, 500.000 d’après la CGT, soit un tiers de la participation de jeudi 9 (452.000 à 1,7 million).