Qui, quand, où, comment ? Les détails du plan de bataille wallon pour la campagne de vaccination dans les maisons de repos

La ministre wallonne de la Santé Christie Morreale a dévoilé les plans de la campagne de vaccination dans les maisons de repos – Isopix

Mardi, on a appris que les premiers établissements concernés par la campagne de vaccination belge seraient des maisons de repos de Mons, Woluwe-Saint-Pierre et Puurs. Ce mercredi, la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale (PS) a dévoilé les détails de la stratégie wallonne.

Si les premières vaccinations auront déjà lieu le 28 décembre prochain, il s’agira surtout d’une opération-pilote. Un second essai aura lieu le 30 décembre dans la région autour de l’UZ Leuven, l’hôpital universitaire de Louvain dans le Brabant flamand. En réalité, la campagne de grande ampleur débutera le 5 janvier. D’ici là, les trois Régions doivent avoir établi leur feuille de route. Elles doivent s’assurer d’avoir adopté la bonne méthode logistique. Du départ des doses depuis l’usine de Pfizer de Puurs à leur administration aux pensionnaires des maisons de repos, tout doit être minutieusement réglé.

1. Choisir les maisons de repos

A partir du 5 janvier, toutes les deux semaines, un calendrier sera établi. Il comportera les maisons de repos auxquelles seront apportées les doses du vaccin.

Ce choix sera effectué en fonction de différents critères propres aux établissements (proximité avec les hôpitaux, répartition géographique, absence de clusters…) et dépendra de la cadence de livraison de Pfizer.

2. Choisir les personnes qui recevront le vaccin

Une fois que les maisons de repos connaîtront la date à laquelle la vaccination débutera dans leurs murs, elles devront décider des personnes qui en bénéficieront. Lors de la première phase, la vaccination sera proposée aux pensionnaires et à la moitié (la plus âgée) du personnel. Pour rappel, la vaccination est gratuite n’est en aucun cas une obligation.

Afin d’être transparentes, les autorités ont décidé de mener des campagnes d’information à destination des équipes des 602 établissements pour aînés, des résidents et des familles et du personnel de soin impliqué dans la vaccination.

Une fois que le choix aura été fait par chacun des résidents et des soignants, les établissements devront indiquer en toute confidentialité aux autorités le nombre exact de doses dont elles auront besoin. Le deuxième dose sera livrée et administrée 21 jours après la première.

Dans un second temps, l’autre moitié du personnel des maisons de repos aura elle aussi la possibilité de se faire vacciner.

3. Acheminer les vaccins

Le calendrier et le nombre de doses nécessaires bien établis, il s’agira de procéder à la délicate phase de livraison des vaccins. C’est la société spécialisée en livraison de matériel pharma Medista, basée à Wemmel, qui se chargera du transport, depuis les locaux Pfizer vers les 19 hubs hospitaliers wallons. Une fois là-bas, les doses seront reconditionnées avant d’être acheminées vers les maisons de repos environnantes.

Les vaccins arrivés à bon port, ce sera au tour des médecins du travail (pour le personnel) et des ‘médecins coordinateurs et staffs infirmiers’ (pour les résidents) de passer à l’action, en vaccinant ceux qui le désirent. Les personnes vaccinées seront ensuite déplacées dans un local adapté aux mesures de distanciation sociale afin d’y être surveillées pendant 15 à 30 minutes.

Quand les vaccinations seront terminées, les médecins les enregistreront dans la base de données Vaccinnet. Cela permettra ‘d’assurer le bon suivi des personnes et l’administration de la seconde dose du vaccin 21 jours plus tard (pour le vaccin Pfizer)’, indique-t-on du côté du cabinet de la ministre wallonne de la Santé.

300.000 vaccinés d’ici janvier ?

D’ici fin janvier, 600.000 doses du vaccin Pfizer devraient avoir été livrées en Belgique: de quoi vacciner 300.000 personnes. Au total, notre pays devrait en recevoir 5 millions.

Il faudra bien évidemment y ajouter les autres commandes passées par nos autorités:  7,5 millions de doses chez AstraZeneca, environ 5 millions de doses chez Johnson & Johnson, environ 2,9 millions de doses chez Curevac et environ 2 millions chez Moderna. A l’exception de Moderna, qui attend le feu vert d’Agence européenne des médicaments (EMA), les autres sociétés n’ont pas encore terminé la conception de leur vaccin.

Au total, la Belgique, via la Commission européenne, a commandé près de 22 millions de doses de vaccin contre le coronavirus.