Pour la livre sterling, l’été sera chaud

La volonté de la banque centrale britannique de relever les taux d’intérêt de manière relativement rapide et convaincante a dopé la livre. Toutefois, le risque croissant de récession fait que ce tableau évolue rapidement.

Au Royaume-Uni, comme en Belgique, l’inflation monte en flèche. La grande différence est que de l’autre côté de la Manche, on a trouvé un bouc émissaire pour expliquer la baisse substantielle du pouvoir d’achat. Andrew Bailey est devenu la risée de tous. Selon les politiciens conservateurs, le président de la Bank of England, la Banque d’Angleterre (BoE) s’est endormi au volant, pour ainsi dire. On dit également que la banque centrale est impuissante et incapable de faire quoi que ce soit contre l’inflation, qui menace d’atteindre 10% cette année.

Dans le monde des devises, la hausse de l’inflation est souvent un facteur qui pousse une devise. En effet, cela entraîne généralement une augmentation des taux d’intérêt. Ce qui rend plus attrayant le fait de détenir des actifs dans la devise en question. Dans le cas de la livre, cependant, il y a plus que cela. L’inflation est si élevée qu’elle menace de perturber l’économie. L’université de Loughborough a récemment indiqué qu’un ménage moyen avec deux enfants dépense jusqu’à 400 livres sterling de plus par mois en frais de subsistance.

Pas d’argent pour manger

Cela suggère que les citoyens britanniques subissent déjà une inflation proche de 13%. La chaîne d’information Sky a rapporté, sur la base de ses propres recherches, qu’un Britannique sur quatre saute parfois un repas parce qu’il n’en a pas les moyens. En outre, de nombreux ménages éteignent parfois la cuisinière pendant un certain temps pour limiter les coûts énergétiques. Si les ménages n’ont pas d’argent pour la nourriture et l’énergie, il est facile de voir combien il en reste peu pour d’autres choses.

Les entreprises subissent également de fortes hausses de prix et des pénuries de personnel, ce qui accroît la probabilité d’une récession. Dans un scénario de récession, la BoE aurait peu de marge de manœuvre pour augmenter davantage les taux d’intérêt selon le plan actuel. L’espoir serait alors que l’inflation retombe d’elle-même. Cela pourrait arriver, car le niveau élevé actuel cache toute une série d’évolutions temporaires.

Y aura-t-il une récession ?

Il y a des pénuries de gaz naturel et de pétrole en raison des sanctions contre la Russie et toutes sortes de problèmes d’approvisionnement dus aux confinements dans les villes (portuaires) chinoises. Il semble que ce ne soit qu’une question de temps avant que les prix de l’énergie ne se stabilisent – d’autant plus que le scénario de la récession approche. La Chine prend également déjà des mesures pour lever très progressivement les confinements. Pour l’instant, cependant, toute cette incertitude crée des turbulences considérables autour de la livre.

En plus de cela, l’impact de l’accord de Brexit est également une source d’agitation. La semaine dernière, les États-Unis ont même prévenu que la gestion par le pays de la question de l’Irlande du Nord menaçait l’accord commercial. Après le léger recul de la livre au cours des dernières semaines, le monde des devises peut se préparer à un été chaud.


L’auteur Joost Derks est un spécialiste des devises chez iBanFirst. Cette chronique exprime son opinion personnelle et ne constitue pas un conseil professionnel d’investissement.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20