Pas de vent, pas de soleil et grand froid : les prix du gaz et de l’électricité repartent à la hausse

Les prix du gaz et de l’électricité repartent à la hausse. La faute à des conditions météo très peu favorables aux énergies renouvelables. Les centrales nucléaires et au gaz fournissent l’essentiel de l’électricité.

Pourquoi est-ce important ?

Après deux mois de baisses de prix sur les marchés de l'énergie, le mois de décembre s'annonce beaucoup plus sombre, au propre comme au figuré. Un épais manteau nuageux, sans vent, couvre une grande partie de l'Europe. Et c'est parti pour durer.

Dans l’actu : une semaine sans soleil.

  • En regardant votre application météorologique, vous l’aurez sans doute remarqué : pas l’ombre d’un rayon de soleil pour les 7 jours à venir, et des températures qui ne dépasseront pas les 5°C en Belgique. Ce sera aussi une semaine sans vent.

Le contexte : les énergies renouvelables tournent au ralenti.

  • Comme on peut le voir sur electricitymap, le solaire et l’éolien sont en berne dans notre pays. Le nucléaire (41%) et le gaz (34%) fournissent l’essentiel de notre électricité.
Electricitymap.
  • Une situation similaire aux Pays-Bas, en Allemagne, en France, en Italie jusqu’en Espagne (surtout le solaire). Les centrales à gaz y tournent à plein régime.
  • S’il n’y a pas de risque de blackout, force est de constater que ces conditions vont de pair avec une résurgence des prix du gaz et de l’électricité.

L’essentiel : les prix s’envolent à nouveau.

  • Sur le marché Epex spot, le prix de l’électricité est reparti à la hausse à 300 euros le MWh, ce jeudi 1er décembre, avec des pics à 400 euros le MWh en cours de journée. On est encore loin des prix du mois d’août, quand l’électricité a atteint les 700 euros le MWh. Mais durant le mois d’octobre, les prix étaient retombés en dessous des 100 euros le MWh.
  • Sur le marché du gaz, l’indice de référence, le TTF néerlandais, les prix grimpent autour des 160 euros le MWh pour les contrats de janvier, avec la même tendance : une baisse autour des 100 euros en octobre et novembre après l’envolée du mois d’août à 350 euros le MWh.

Concrètement : vos factures ne seront globalement pas impactées dès le mois de décembre, mais attention au début de l’année prochaine.

  • Pour les contrats variables de gaz et d’électricité, tout dépend des mises à jour des prix, soit par mois, soit par trimestre (majorité des cas). Vos factures devraient donc bénéficier des derniers mois favorables. En moyenne, pour une facture standard d’un ménage de 4 personnes, il faut s’attendre à une réduction des prix de l’ordre de 130 euros pour le gaz, et de 42 euros pour l’électricité, de novembre à décembre.
  • Forcément, les nouvelles seront moins bonnes pour le début de l’année prochaine, quand le mois de décembre sera comptabilisé.
  • Mais que vous soyez indexé mensuellement ou trimestriellement, vous ne remarquerez la différence que lors de votre décompte annuel. Qui réservera quoi qu’il arrive de mauvaises surprises.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20