On n’a pas tous besoin de s’appeler Bezos ou Daemen: la recherche surprenante sur la véritable raison du bonheur

Oliver Daemen a un père qui ne sait pas quoi faire de sa fortune, obtenue grâce aux bénéfices du fonds spéculatif Somerset Capital. Ce tas d’argent lui a permis de glaner une place dans le premier voyage spatial de la Blue Origin, le nouveau jouet du multimillionnaire Jeff Bezos, propriétaire d’Amazon, récemment divorcé. Tous deux avaient l’air remarquablement heureux et il y a de bonnes raisons à cela. Mais ce type de bonheur n’est pas au-delà de votre portée.

Les images de l’interview du quatuor après leur retour réussi sont fascinantes. Ils n’ont qu’à s’entraîner durant 14 heures – il est loin le temps où aller dans l’espace nécessitait des années de préparation – et ont ensuite vu la Terre du dessus pendant dix minutes.

Ce qu’ont vécu et expérimenté l’Américain Jeff Bezos et le Néerlandais Oliver Daemen, 18 ans, donne matière à réflexion aux psychologues et aboutit à des conclusions surprenantes, si vous vous documentez sur la science du bonheur.

Jeff Bezos: est-ce une crise de la quarantaine ou y a-t-il autre chose qui se passe ?

On ne peut pas s’empêcher d’avoir l’impression que Bezos veut flamber. Depuis son divorce avec la ravissante Mackenzie Scott, il apparaît ici et là dans des soirées de stars. Aux États-Unis, le patron d’Amazon est considéré avec un certain mépris comme un frimeur qui exhibe son argent et sa nouvelle conquête féminine, Lauren Sanchez.

L’économie de l’expérience bat son plein

D’autre part, il y a une bonne raison pour laquelle Bezos dégoulinait de bonheur après le succès de son voyage dans l’espace. De telles expériences vous rendent vraiment plus heureux.

Michael Colglazier, grand patron du concurrent Virgin Galactic, l’explique ainsi: « Vous revenez d’un tel voyage avec un souvenir si puissant que vous y pensez tous les jours pour le reste de votre vie. »

On doit donc s’attendre à des expériences de plus en plus extrêmes, car il n’y a jamais eu autant de gens riches se promenant sur ce globe. D’un mini-concert dans un volcan islandais en sommeil à un ballet privé à l’Opéra Garnier, l’un des opéras les plus opulents de Paris. Et nous n’avons encore rien vu.

L’argent rend vraiment heureux, à condition d’acheter des expériences avec

Les recherches montrent que cette affirmation est vraie. Dans le brillant ouvrage d’Elisabeth Dunn et Michael Norton intitulé « Happy Money », les auteurs expliquent en détail comment l’argent peut vous rendre heureux. L’un de ces cinq principes est l’achat d’expériences. Il a été prouvé à maintes reprises qu’un voyage coûteux ou une expérience unique génère beaucoup plus de bonheur que l’achat, pour le même montant, d’une montre chère ou d’une voiture neuve, par exemple. Surtout à long terme.

En outre, la durée de l’expérience n’est pas importante. Dix minutes dans l’espace vous rendent aussi heureux que dix jours.

Oliver Daemen: qui ne voudrait pas d’un père comme ça ?

Imaginez-vous le brunch dominical chez les Daemen. Lorsque le père arrive à table: « Oliver, tu es libre libre le week-end du 15 juillet ? Alors j’ai un beau cadeau pour toi. Je t’emmène faire un voyage dans l’espace. »

Ce qu’il en a fait – il serait très intéressé par l’espace et il aurait obtenu une licence de pilote – nous ne le saurons jamais complètement. Mais c’est le genre de cadeau que vous pouvez montrer à vos amis dans un café. C’est certainement autre chose qu’une visite à Walibi ou une soirée à Amsterdam. C’est du moins ce que nous pensons. Les recherches montrent toutefois que ces expériences ont toutes un effet très similaire sur votre bonheur, pour autant que l’expérience réponde à quatre principes.

Et pourtant, nous ne devons pas être jaloux

Selon Dunn et Norton, les expériences merveilleuses remplissent quatre conditions.

  1. Vivez l’expérience avec d’autres personnes qui vous sont chères. Préférez donc un ami, votre père ou votre fille à un inconnu que vous ne reverrez pas. On ne peut pas vraiment s’imaginer que Daemen et Bezos soient maintenant amis.
  2. Transformez-la en une histoire que vous pourrez raconter à plusieurs reprises par la suite. Un voyage dans l’espace est évidemment un sacré événement, mais trois jours dans une zone inhospitalière avec juste une tente et sans smartphone peuvent se transformer en une histoire aussi spectaculaire. Pendant ce voyage, vous passerez peut-être quelques mauvais moments, mais cela ne vous empêchera pas d’en retirer ensuite une histoire merveilleuse, dont vous profiterez pendant des années. Cet ours devient de plus en plus gros, plus dangereux et votre héroïsme augmente sans cesse. Mais une nuit inoubliable de karaoké avec vos meilleurs amis répond également à ce critère.
  3. Assurez-vous que l’expérience correspond à ce que vous êtes et à ce que vous voulez être. Il est donc préférable de s’entraîner pour l’ascension du Mont Ventoux si vous voulez ressembler à Wout Van Aert le temps d’une journée, plutôt que de pédaler sans but le long du canal Albert.
  4. Veillez à ce que l’expérience soit unique. Daemen et Bezos obtiennent 10 sur 10 ici, bien sûr. Pour nous, les moins privilégiés, cette leçon se traduit ainsi: participez à l’Ironman une fois, si cela a toujours été votre rêve. Ou allez dans un célèbre restaurant trois étoiles de vos rêves. Juste une fois. Car la deuxième fois s’assimile généralement une légère déception.

Les grandes entreprises s’en rendent compte de plus en plus

Les entreprises, surtout celles qui sont florissantes, ne le savent que trop bien. Aujourd’hui, Google préfère offrir à ses meilleurs employés plus de vacances qu’une prime en espèces. Selon Laszlo Bock, la gratitude manifestée par les employés pour avoir pu faire ce long voyage unique avec leur famille dure bien plus longtemps que la énième prime. Il sait de quoi il parle, car il participe à la définition de la politique du personnel chez Google.

Dites toujours oui à vos amis

Notre conseil ? Si, la prochaine fois, vos amis vous proposent de partir en week-end à Paris avec un instrument de musique pour jouer de la musique place Montparnasse ou pour aider à nettoyer les villages wallons en difficulté – faire quelque chose pour quelqu’un d’autre est une autre grande source de bonheur -, alors n’hésitez pas à le faire.

Mais ça ne doit pas toujours être spectaculaire. Comme le disait Epicure, le brillant philosophe grec : « L’important n’est pas ce que tu manges ou bois, mais avec qui tu manges ou bois ».

L’amitié est donc la plus grande source de bonheur. Et un simple verre dans un bar fait aussi partie du bonheur.

Sur le même sujet:


L’auteur Xavier Verellen est actif dans le secteur de l’Internet des objets. Son premier livre, Human Park, sortira bientôt.

Plus
Lire plus...
Marchés