Où est votre nouvelle voiture ? Il y a des chances qu’elle soit juste en train d’attendre au port

Des dizaines de milliers de voitures seraient prêtes à être livrées et attendraient dans les ports d’Anvers et de Zeebrugge, portes d’entrée vers l’Europe.

Pourquoi est-ce important ?

Ces dernières années, les clients ont mis de plus en plus de temps pour se faire livrer une nouvelle voiture. Cela est dû à une série de problèmes de chaîne d'approvisionnement, un problème qui a commencé pendant la pandémie de COVID.

L’essentiel : en raison des capacités de transport limitées, les voitures neuves s’entassent dans les ports belges.

  • Au total, quelque 100.000 voitures seraient désormais prêtes à être transportées. Ceci alors que les délais d’attente pour les nouvelles livraisons dépassent maintenant les six mois en moyenne.
  • Pendant ce temps, il n’y aurait même plus de place dans les ports, explique Marc Adriansens, PDG d’International Car Operators, une société de logistique basée à Beveren, à la VRT.

Les causes : Selon Adriansens, la crise du COVID a joué un rôle.

  • C’est à ce moment-là que la capacité de transport a été réduite et qu’un certain nombre de chauffeurs routiers ont commencé à chercher d’autres emplois.
  • Cette situation a été suivie par la pénurie mondiale de puces électroniques. Les constructeurs n’ont alors pas été en mesure de construire suffisamment de voitures pour répondre à la demande.
  • La crise énergétique qui frappe actuellement l’Europe en raison de la guerre en Ukraine est un problème supplémentaire. En conséquence, il n’y aurait plus assez de trains pour transporter les voitures, car les trains acheminant des ressources énergétiques sont prioritaires.
  • Globalement, la capacité de transport serait inférieure d’un tiers, déclare Adriansens au radiodiffuseur public.

Et maintenant : à cause de tous ces éléments, un certain nombre de ports en Europe sont maintenant confrontés au même problème.

  • En conséquence, les capitaines de navires sont confrontés à des choix difficiles. Ils doivent attendre qu’un espace se libère, ou ils peuvent se détourner vers des ports d’autres pays.
  • Selon Adriansens, ils choisissent souvent de naviguer vers Rotterdam, Vlissingen, Bristol et Le Havre, entre autres. Mais cela ne ferait qu’aggraver le problème, car ces ports sont eux aussi progressivement remplis.
  • Le problème ne sera pas résolu en claquement de doigt, prévient-il. « Je prévois que nous aurons des problèmes pour le reste de l’année. Et après cela, les voitures chinoises viendront aussi chez nous. Je pense donc que nous serons confrontés à des terminaux complets l’année prochaine également. »

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20