Non au dollar numérique : 71% des répondants s’inquiètent de voir la Fed programmer sa propre monnaie

Est-ce la preuve qu’une monnaie numérique de banque centrale est perçue comme une tentative du gouvernement de contrôler encore davantage l’argent des gens ?

Le dollar US à l’ère de la transformation numérique. Voilà l’introspection que mène actuellement la Federal Reserve, la banque centrale américaine. La Fed soupèse les avantages et inconvénients d’une nouvelle monnaie numérique de banque (MNBC) pour déterminer comment un dollar digital pourrait améliorer le système de paiement national. L’institution monétaire a convié le public à participer à la réflexion et a jusqu’ici récolté quelque 2000 commentaires.

« Une nette majorité des commentateurs continue de voir d’un mauvais œil une MNBC », souligne Nicholas Anthony, analyste politique au Centre des alternatives monétaires et financières du think-tank américain Cato Institute.

Plus précisément, plus de 7 répondants sur dix se disent préoccupés ou carrément opposés à l’idée de voir les États-Unis programmer leur propre monnaie. Les préoccupations les plus courantes concernent la confidentialité des données financières, l’oppression financière et le risque de désintermédiation du système bancaire.

La fin de la vie privée financière ?

Il est vrai qu’un « FedCoin », un stablecoin émis par la banque centrale ressemblerait à s’y méprendre aux formes numériques actuelles du dollar américain (via les comptes bancaires, les transactions en ligne, les applications de paiement). Mais cette MNBC permettrait d’établir une ligne directe entre le gouvernement et l’activité financière du public. Ce faisant, une CBDC effacerait le peu de confidentialité financière qui existe encore aux États-Unis.

« Contrairement à la croyance populaire, une CBDC américaine n’est pas nécessaire pour numériser le dollar, car le dollar est en grande partie numérique aujourd’hui. Cependant, l’émission d’une CBDC recâblerait fondamentalement notre système bancaire et financier en modifiant la relation entre les citoyens et la Réserve fédérale », a fait valoir l’American Bankers Association (ABA) dans sa longue lettre adressée au directoire de la Fed.

Une MNBC totalement transparente, où les informations sur ses utilisateurs et sur toutes leurs transactions seraient accessibles aux autorités compétentes, soulève des préoccupations légitimes quant au respect de la vie privée mais aussi des libertés fondamentales, avec le potentiel recours à la monnaie numérique pour appliquer des sanctions arbitraires contre les citoyens.

Opportunisme entrepreneurial

L’analyste politico-économique du Cato épingle une tendance intéressante dans les avis remis à la Fed : les grandes entreprises travaillant dans la finance, la technologie et la conformité réglementaire montrent le plus d’intérêt(s) à l’égard du dollar numérique.

« Certains commentateurs semblaient explicitement intéressés par l’obtention d’un contrat gouvernemental sur le projet imminent. Que ce soit pour des services de conseil ou pour offrir leur technologie de pointe, ces commentateurs n’ont pas hésité à faire savoir à la Fed qu’ils voulaient participer à l’action », a mis en exergue Nicholas Anthony.

À ceux-là s’ajoutent des prestataires de services ayant eu ou ayant toujours des contrats avec la banque centrale européenne. Leurs feedbacks semblent dès lors vouloir protéger voire renforcer leurs relations commerciales.

Frilosité bancaire

Alors que le projet d’un e-dollar officiel n’apparaît déjà plus comme éventuel mais comme imminent, de nombreuses banques et autres acteurs financiers ont remis en question les motivations de la Fed. Avec un argument principal : si cela présente des opportunités d’amélioration, il n’existe pas d’avantage unique et évident qui justifie le lancement d’une monnaie numérique de banque centrale.

« Bon nombre des avantages potentiels cités par les partisans d’une MNBC sont incertains et, de plus, nombre d’entre eux s’excluent mutuellement et ne pourraient donc pas être réalisés simultanément », avait judicieusement indiqué le Bank Policy Institute (BPI).

Une MNBC serait une solution à la recherche d’un problème. « L’accessibilité des cryptomonnaies, des cartes prépayées, des services fintech et de l’encaissement de chèques continue de réduire le fardeau d’être non bancarisé aux États-Unis. Encore une fois, il semble que les solutions actuellement présentes soient mieux adaptées aux problèmes d’aujourd’hui que la perspective d’une MNBC dans le futur », ponctue l’analyste Nicholas Anthony.

Coder la monnaie semblerait encore pire que de l’imprimer…

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20