Nalvany, condamné à 3,5 ans de prison: ‘Poutine restera dans l’Histoire comme l’Empoisonneur de Sous-vêtements’

Le plus gros poil à gratter de Poutine a été condamné par un tribunal russe à plusieurs années de détention dans un camp de prisonniers russe.

Les dix mois que le chef de l’opposition a déjà passés en résidence surveillée pour le même procès comptent comme peine, ce qui signifie qu’il devra en fin e compte purger deux ans et huit mois supplémentaires.

Le plus grand adversaire de Poutine

Navalny est accusé d’avoir violé les conditions de sa libération suite à une condamnation pour détournement de fonds en 2014. Dans ces conditions, il était tenu de se présenter régulièrement à l’administration pénitentiaire russe. Cependant, ces derniers mois, il ne l’a pas fait car il se trouvait en Allemagne pour se remettre d’un empoisonnement à l’agent neurotoxique novichok. L’homme accuse Poutine d’avoir commandité son assassinat. La Cour européenne des droits de l’homme a jugé que la peine de Navalny l’affaire de 2014 était ‘arbitraire et déraisonnable’.

Lorsque le leader de l’opposition, âgé de 44 ans, est revenu à Moscou le 17 janvier après sa revalidation – alors que ses partisans l’en avaient dissuadé – il a été immédiatement arrêté. Au cours des deux derniers week-ends, le mouvement contestataire pro-Navalny a organisé des manifestations de grande envergure contre son arrestation et contre la corruption généralisée au sein du gouvernement russe.

Navalny est le principal challenger politique de Poutine. En 2018, il avait voulu se présenter à l’élection présidentielle, mais on lui avait interdit d’y participer. Il agit également en tant qu’activiste, utilisant des dossiers bien documentés pour exposer la corruption dans le système gouvernemental russe.

Répression des protestations

Selon l’activiste politique, son emprisonnement est censé saigner à blanc les récentes manifestations: ‘Le but principal de ce processus est d’intimider un grand nombre de personnes’, a-t-il déclaré lors de l’audience de cet après-midi, cité par le Moscow Times. ‘C’est comme ça que ça marche. Ils jettent une personne derrière les barreaux pour faire peur à des millions d’autres’.

‘J’espère vraiment que ce procès sera considéré comme un signe de faiblesse. […] Vous ne pouvez pas mettre des centaines de milliers voire des millions de personnes en prison – et j’espère que les gens commencent à s’en rendre compte. Une fois qu’ils l’auront fait – et ce moment arrive – vous ne pourrez pas emprisonner tout le pays’.

Le chef de l’opposition russe doit purger sa peine dans une colonie pénitentiaire russe. La Russie dispose toujours d’un réseau de quelque 740 colonies pénitentiaires, qui remontent au système du goulag soviétique. Il s’agit de camps de prisonniers éloignés, au régime spartiate, où les détenus doivent effectuer des travaux forcés. Il y a quelques années, deux membres de la bande anarchiste Pussy Riot avaient également été condamnés à deux ans dans un tel camp.

Plaidoirie finale

Lors de sa plaidoirie, malgré la perspective de plusieurs années dans les colonies, Navalny n’a pas adouci son ton: ‘Nommons l’éléphant dans la salle (expression désignant un problème évident dont personne n’ose parler): il s’agit de me mettre en prison suite à un procès qui a été jugé illégal. Nous savons pourquoi cela se produit. La raison: la haine et la peur d’un homme dans un bunker. Parce que je l’ai offensé en survivant après qu’on ait essayé de me tuer sous ses ordres’, a-t-il déclaré, selon le Moscow Times.

‘Peu importe à quel point [Poutine] essaie de se faire passer pour un géopoliticien, son principal ressentiment à mon égard est qu’il restera dans l’histoire comme un empoisonneur. Il y avait Alexandre le Libérateur et Yaroslav le Sage. Maintenant, nous aurons Vladimir l’Empoisonneur de Sous-vêtements. La police me garde et la moitié de Moscou est bouclée parce que nous avons prouvé qu’il demandait de voler les sous-vêtements de ses opposants et de les enduire d’armes chimiques’, a-t-il ajouté, faisant référence à une enquête de sa plateforme anti-corruption. Celle-ci avait permis d’obtenir les aveux d’un de ses agresseurs, qui avait révélé la façon dont Navalny avait été empoisonné.

Immédiatement après le verdict, le mouvement d’opposition pro-Navalny a appelé à lancer des protestations dans le centre de Moscou. Selon divers médias russes, les forces de police et de sécurité se sont massées dans le centre de Moscou pour la soirée.

Plus
Lire plus...
Marchés