Mwingz, la co-entreprise entre Orange et Proximus, est lancé depuis le 1er avril

Isopix

La co-entreprise entre Orange et Proximus pour partager et gérer ensemble leurs réseaux d’accès mobile est opérationnelle depuis le 1er avril, a-t-on appris jeudi, en marge de la publication des résultats financiers trimestriels d’Orange. Entre 100 et 200 travailleurs, provenant des deux opérateurs, ont été transférés dans la nouvelle structure, appelée Mwingz.

A l’automne dernier, Telenet avait estimé que cette collaboration entre ses deux concurrents allait trop loin et qu’elle perturbait le marché. L’entreprise avait déposé plainte auprès de l’Autorité belge de la concurrence (ABC). Elle réclamait en outre des mesures provisoires durant l’enquête. Ces mesures étaient d’application depuis la mi-janvier et jusqu’au 16 mars. Durant ce laps de temps, Proximus et Orange n’étaient, par exemple, pas autorisés à transférer des employés dans la co-entreprise.

Mi-mars, les mesures provisoires n’ont pas été prolongées. Les deux opérateurs ont alors annoncé reprendre leurs travaux préparatoires.

Le transfert des salariés est effectif depuis le 1er avril, a confirmé jeudi Michaël Trabbia, patron d’Orange. Un peu moins d’une centaine d’entre eux proviennent de chez Proximus.

Un déploiement de la 5G plus rapide

La démarche vise à permettre aux deux entreprises de répondre à la demande croissante des clients en matière de qualité de réseau mobile et d’une meilleure couverture intérieure. Cela permettra également un déploiement plus rapide et plus complet de la 5G en Belgique, a-t-il rappelé.

Le réseau d’accès mobile partagé (pylônes, antennes, radios, stations de base, etc.) sera planifié, construit et exploité par la nouvelle co-entreprise, détenue à parts égales par Proximus et Orange. Mais ce ne sera pas avant 2023.

Cela permettra d’éviter des doubles antennes inutiles. La réduction de la consommation totale d’énergie sera d’environ 20%, a appuyé Michaël Trabbia, patron d’Orange.

Toutefois l’avenir n’est pas tout rose pour cette co-entreprise. En plus de l’enquête demandée par Telenet, qui se poursuit toujours malgré la levée des mesures, la nouvelle entreprise Mwingz va devoir aussi se confronter à la mobilisation de la société civile contre la 5G. Les effets de cette technologie sur la santé et l’environnement font énormément débat. Proximus, qui avait lancé le réseau dans plusieurs communes de Belgique, a du faire demi-tour début de semaine. Avant de pouvoir se développer dans tout le pays, Mwingz va devoir réussir à convaincre la population que la 5G est utile et sans danger.