L’investisseur de « The Big Short », Michael Burry, qualifie la cryptomonnaie Shiba Inu de futile: pourquoi ?

Le week-end dernier, Michael Burry, investisseur légendaire de Wall Street, s’est emporté contre la blague du Shiba Inu. Selon Burry, les memecoins sont trop nombreux pour avoir une quelconque valeur.

Michael Burry, qui a prédit la crise du crédit américaine en 2005 et a fait fortune en pratiquant la vente à découvert, est un critique bien connu des cryptomonnaies. Dans plusieurs tweets – qu’il supprime généralement après quelques heures -, M. Burry a déjà mis en garde contre l’achat de pièces numériques. Selon lui, ils font partie d’une bulle de bitcoin spéculative, alimentée par la dette.

Cette fois, Burry a jeté son dévolu sur Shiba Inu (SHIB), dont le cours de l’action a connu une hausse stupéfiante de 288,4 % au cours du mois dernier. Depuis la création de la monnaie, le prix d’une pièce de Shiba Inu a connu une hausse astronomique de 26 millions de pour cent, selon les chiffres de Coingecko.

Tout ça ne veut rien dire, pense Burry. Dans un tweet (qui a depuis été supprimé), il souligne le fait qu’il y a plus d’un quadrillion de ces jetons en circulation.

« Je veux juste dire qu’un quadrillion de secondes correspondent à environ 32 millions d’années », argumente Burry.  » Un quadrillion de jours correspondent à environ 2,7 trillions d’années, soit autant de temps que celui qui s’est écoulé depuis le début de l’univers multiplié par 71 000. En d’autres termes, la pièce est sans valeur. »

 Capture d’écran Twitter

« La chute sera dramatique et douloureuse. »

En faisant ces calculs impressionnants, Burry veut dire qu’une pièce de Shiba Inu ne peut pas avoir la valeur qu’elle a actuellement. Une telle blague coûte 0,0002701 $ à l’heure où nous écrivons ces lignes et, avec une valeur marchande totale de 10,6 milliards de dollars, elle est la 20e plus grande cryptomonnaie au monde.

Le gestionnaire du fonds d’investissement Scion doute également du rendement à long terme des memecoins, étant donné les intentions des différents gouvernements de réglementer plus strictement les crypto.

Selon M. Burry, le battage médiatique autour du bitcoin, des actions mèmes et d’autres actifs populaires, tels que les NFT, est excessif et similaire à la bulle des sociétés Internet dans les années 1990 et au marché immobilier américain vers 2005. « Ils sont animés par une spéculation fébrile qui atteint des sommets incroyables, donc la chute sera également dramatique et douloureuse », prévient Burry.

Le prochain « grand short » de Burry

Cependant, c’est Burry qui a lancé la tendance à investir dans des actions mèmes, comme le magasin de jeux vidéo GameStop et la chaîne de cinémas AMC, en 2019. Sa participation dans GameStop a conduit à des investissements massifs par une armée d’investisseurs privés du forum Reddit WallStreetBets. Grâce à ce que l’on appelle le « short squeeze » (une liquidation forcée des positions courtes NDLR), ils ont pu éliminer les fonds spéculatifs qui pariaient sur la disparition de GameStop et d’AMC.

Michael Burry a désormais également vendu à découvert des actions du constructeur de voitures électroniques Tesla et du fonds d’investissement en cryptomonnaies de Cathie Wood, la femme à la tête d’Ark Invest.

Lire aussi :

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20