Michael Burry, investisseur de « The Big Short », prévient que le boom boursier actuel lui rappelle la bulle Internet du début des années 1990

La légende de Wall Street prévient depuis plusieurs mois qu’un krach boursier historique est imminent. Selon M. Burry, le rallye boursier actuel lui rappelle la célèbre bulle Internet qui a éclaté dans les années 1990.

En 2005, Michael Burry a deviné que le marché immobilier américain était une énorme bulle qui allait s’effondrer. C’est pourquoi Burry a passé des années à parier contre les hypothèques surévaluées sur ce marché immobilier. En 2007, il a eu raison lorsque le marché a stagné et est finalement devenu la cause de la crise du crédit en 2008.

Le tristement célèbre patron du fonds Scion Asset Management a, comme à son habitude, fait circuler une flopée de tweets sur la « sagesse du marché » avant de les effacer. Cette fois, M. Burry a longuement expliqué comment le boom boursier actuel lui rappelle la veille bulle Internet. Selon lui, la spéculation galopante sur le marché est également similaire à l’afflux d’investisseurs privés à la fin des années 1920, avant que la Grande Dépression n’éclate.

Ce tweet a depuis été supprimé.

Pour étayer ses propos, M. Burry a partagé une capture d’écran des graphiques de prix du site Web Financialweb.com. Selon M. Burry, la forte croissance du marché boursier américain au cours de la période qui a précédé le crash des dotcoms présente une « corrélation de 94 % » avec la croissance du marché boursier au cours des 15 dernières années.

Le graphique des cours du S&P 500, l’indice boursier regroupant les 500 entreprises américaines les plus précieuses, montrerait une corrélation de « 95 % », selon M. Burry. « Un graphique du cours des actions très courant à l’époque », note ironiquement l’investisseur de Wall Street, « qui me semble vaguement familier ».

Cassandra

Intéressant à savoir : Michael Burry utilise l’alias « Cassandra » sur Twitter. Il s’agit d’une référence à la princesse troyenne du même nom qui a averti à plusieurs reprises de la chute de la ville. Cependant, elle n’a jamais pu convaincre quiconque qu’elle avait raison.

Ces derniers mois, M. Burry a joué un rôle similaire pour ses adeptes sur les réseaux sociaux. A des moments aléatoires, il sort quelques tweets dans lesquels il cache « des morceaux de sagesse ». Quelques heures ou jours plus tard, les tweets sont supprimés.

Grâce à ces apparitions, nous savons, entre autres, que Burry est à nouveau en train de vendre à découvert des actions de valeur dans lesquelles de nombreuses personnes sont convaincues qu’elles continueront à augmenter sainement. Burry mise notamment sur une solide correction de Tesla, l’entreprise technologique d’Elon Musk, et d’ARK Invest, le fonds boursier et cryptographique de Cathie Wood.

« Garçons d’ascenseur et dactylographes« 

Le cadre supérieur de Scion a également établi une comparaison entre le nombre élevé de personnes qui négocient des actions dites « mèmes », telles que celles de la chaîne de cinéma AMC et du magasin de jeux vidéo GameStop, et la spéculation effrénée à Wall Street juste avant le krach boursier de 1929.

Ce tweet a depuis été supprimé.

Cette fois, M. Burry a illustré son propos en partageant un article du Wall Street Journal sur l’afflux d’investisseurs du dimanche, accompagné d’une citation du statisticien Leroy Peavey datant de 1929. Peavey a accusé les « garçons d’ascenseur, les dactylos et même les écoliers » qui spéculaient sauvagement de déstabiliser le marché. Une référence évidente à l’armée chaotique d’investisseurs qui ont déversé en masse leur argent dans des entreprises « sans valeur » pour se moquer des fonds spéculatifs.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20