Michael Burry, investisseur de « The Big Short », prédit une crise financière: les investisseurs américains empruntent des sommes record

Les investisseurs américains empruntent plus d’argent que jamais. En juin, ils ont emprunté plus de 882 milliards de dollars. Ce chiffre est bien supérieur au précédent record de 799 milliards de dollars établi en janvier. Michael Burry estime que c’est beaucoup trop. Cela rappelle-t-il à quelqu’un l’année 2008 ?

Cela concerne aussi bien les petits que les grands acteurs du marché. Les investisseurs utilisent l’argent emprunté pour acheter des actions. Ils espèrent ainsi augmenter leur capital d’investissement. La dernière fois que les prêts aux investisseurs ont augmenté aussi rapidement, c’était pendant la bulle Internet, en 1999. Pourtant, ce n’est encore rien comparé à ce qui est emprunté actuellement.

L’autorité de régulation du secteur financier, la FINRA, tient des statistiques sur les investisseurs et leur argent depuis 1997. À cette époque, les investisseurs ont emprunté environ 100 milliards de dollars. Vers le début de la pandémie, ce montant a dépassé les 500 milliards de dollars. Ce qui signifie que le montant de l’argent emprunté a presque doublé depuis.

Il est intéressant de noter que Michael Burry, le gestionnaire de fonds spéculatifs qui a prédit la crise des subprimes, avait déjà lancé un avertissement sur Twitter en février. « Les bulles boursières spéculatives conduisent les joueurs à s’endetter de manière excessive. La popularité de l’effet de levier s’accélère. Le marché danse sur une corde raide. Le comportement spéculatif des investisseurs passifs et la stonks-hype s’ajoutent au danger. »

Leviers et prophètes de malheur

L’effet de levier est en fait une arme à double tranchant pour les investisseurs. Emprunter de l’argent leur donne plus de pouvoir d’achat, mais les expose aussi à un plus grand risque. Par exemple, les investisseurs peuvent passer un ordre dont la valeur sous-jacente est nettement supérieure à leur dépôt ou investissement réel.

Il s’agit d’une stratégie gagnante dans un marché haussier, c’est-à-dire un marché où le sentiment d’optimisme est fort. Mais si les actions baissent, les prêteurs peuvent demander aux investisseurs de déposer davantage ou de vendre les actions. Cette exigence est connue sous le nom d’appel de marge.

C’est pourquoi il n’est pas difficile d’être pessimiste et de s’attendre à un krach boursier après ces prêts record des investisseurs. Ceux qui misent sur l’argent emprunté battent déjà de nouveaux records chaque mois cette année. Néanmoins, le krach prédit par Burry ne se produira pas tout de suite.

Nous ne sommes pas encore revenus à 2008

Les données de la FINRA ne sont pas une mesure parfaite du nombre d’investisseurs qui agissent de la sorte. Par exemple, celles-ci comprennent des prêts utilisés à d’autres fins. Par ailleurs, il est normal que les prêts des investisseurs augmentent lorsque la valeur globale du marché boursier augmente. Les investisseurs peuvent alors utiliser une plus grande partie de cette réserve croissante comme garantie.

Pourtant, certains analystes affirment que la popularité de l’effet de levier contribue à la formation de bulles. Ils craignent que le niveau actuel des prêts ne pénalise les investisseurs en cas de chute du marché. Mais cela n’empêche pas les investisseurs d’emprunter de plus en plus.

« L’effet de levier combiné au matraquage publicitaire sur Internet peut être dangereux », a déclaré la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) dans un message aux investisseurs mardi. « Le commerce spéculatif à court terme est toujours risqué. Si l’on ajoute à cela des produits et des marchés peu familiers, des effets de levier et des conseils prodigués par des personnalités d’Internet, on obtient la recette du désastre », explique-t-elle.

Pendant ce temps, Michael Burry a supprimé son compte Twitter. « Les gens disent que je ne les ai pas prévenus la dernière fois », a-t-il tweeté juste avant. « Je l’ai fait, mais personne n’a écouté. Aujourd’hui, je lance un nouvel avertissement, mais personne n’écoute. Mais cette fois, j’aurai la preuve que j’ai prévenu. »

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés