‘L’Europe n’est pas capable de se défendre’, estime l’OTAN

L’OTAN est plus pertinente que jamais, selon son dirigeant Jens Stoltenberg. – Joyce Costello/Planetpix/Zuma Press

La Défense européenne dépend de liens transatlantiques étroits. La recherche d’une autonomie stratégique, en revanche, serait un mauvais choix. C’est ce qu’a déclaré Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). L’Union européenne ne dispose pas de sa propre armée, mais la Commission européenne veut renforcer sa position géopolitique, y compris avec sa propre politique de défense.

Le président français Emmanuel Macron, parmi d’autres, est favorable à l’amélioration de la position géopolitique de l’Europe, mais Jens Stoltenberg estime que ce n’est pas un bon choix. Cependant, a-t-il dit, des efforts devraient être faits pour renforcer la solidarité avec d’autres partenaires au sein de l’OTAN.

‘Le projet de Macron n’est pas idéal’

Stoltenberg a souligné que la plupart des États membres de l’Union européenne appartiennent également à l’OTAN. ‘La sécurité de leurs citoyens dépend d’une alliance qui investit beaucoup plus de budgets dans la sécurité que leurs propres gouvernements’, a rappelé le secrétaire général de l’OTAN. ‘Je soutiens les efforts de l’Union européenne pour augmenter ses dépenses militaires et rationaliser son secteur de la défense.’

‘En revanche, la recherche d’une autonomie stratégique, telle qu’elle est encouragée par le président français Emmanuel Macron et d’autres, n’est pas la solution idéale. Ces efforts sont utiles tant qu’ils complètent les activités de l’OTAN. Cependant, l’Union européenne n’est pas en mesure de défendre l’Europe.’

‘Plus de 90% de la population de l’Union européenne vit dans un pays membre de l’OTAN’, souligne Stoltenberg. ‘En revanche, à peine 20 % des budgets de l’OTAN sont apportés par des États membres qui appartiennent également à l’Union européenne.’

Les relations entre l’OTAN et l’Union européenne ont été plus tendues ces dernières années. Donald Trump, l’ancien président des États-Unis, a accusé les alliés européens de l’OTAN de ne pas respecter leurs obligations financières envers l’alliance militaire.

D’autre part, l’OTAN a été accusée de ne pas s’intéresser suffisamment aux priorités de l’Europe en matière de sécurité. En outre, il y a eu l’escalade des tensions entre plusieurs pays européens et la Turquie. Cette dernière, alliée de l’OTAN, a été accusée de violer un embargo américain sur les armes à destination de la Libye et de violer les eaux grecques dans la recherche de réserves de gaz.

‘L’UE est déjà bien protégée’

Dans le même laps de temps, le Royaume-Uni, membre important de l’OTAN, quittait l’Union européenne. En conséquence, la part de l’UE dans les budgets de l’alliance militaire s’est encore érodée. Cela a conduit certains en Europe à demander au continent de tracer sa propre voie stratégique.

Cependant, Stoltenberg avertit que l’OTAN a toujours une grande importance pour la sécurité mondiale. L’OTAN a longtemps servi à parer au danger potentiel du pacte de Varsovie des Etats communistes, dirigés par l’Union soviétique. Cette alliance n’existe plus, mais cela ne signifie pas, selon Stoltenberg, qu’il n’y a plus d’ennemis.

Le secrétaire général pointe du doigt la Russie, entre autres, qui veut renforcer son influence de manière agressive. ‘Toutefois, il reste des défis à relever, tels que le terrorisme international, la cybercriminalité, l’impact du changement climatique sur la sécurité et l’essor de la Chine’, affirme-t-il.

Selon Stoltenberg, ces problèmes doivent être traités par une solidarité stratégique au sein de l’OTAN. Il fait ainsi référence au fait que les flancs de l’Union européenne sont déjà protégés par d’autres membres de l’OTAN. ‘Dans le nord, les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni sont en train de dresser un rempart contre une éventuelle menace russe’, dit-il. ‘Dans le sud-est, la Turquie protège la frontière avec la Syrie et l’Irak et une avancée imminente de Daesh et du terrorisme international.’