« L’Europe de l’Est est une réussite économique oubliée »

Ruchir Sharma, un investisseur et gestionnaire de fonds indien qui travaille pour la grande banque Morgan Stanley, fait l’éloge de l’Europe de l’Est. Dans une colonne du Financial Times, il écrit que la prospérité que les pays de cette région ont créée depuis la chute de l’Union soviétique est remarquable. Et « le déclin politique ne rend le progrès économique que plus intriguant. »

Pourquoi est-ce important ?

Six pays ex-communistes ont récemment obtenu le statut d'économie avancée selon le FMI : il s'agit de la République tchèque et de la Slovaquie, de la Lituanie, de la Lettonie, de l'Estonie et de la Slovénie. Les estimations fondées sur les données de la Banque centrale européenne montrent qu'entre 1989 et 2020, ces pays ont reçu de l'UE des subventions annuelles représentant en moyenne plus de 1 % de leur PIB.

En tant que responsable de l’équipe chargée des marchés émergents chez Morgan Stanley, M. Sharma est fasciné par le cas de l’Europe de l’Est : « Il est rare qu’un pays passe de la pauvreté à la richesse », écrit-il. La politique d’un tel pays joue un rôle majeur dans la création de richesses, mais ce n’est manifestement pas le seul : « L’Europe de l’Est était considérée comme le berceau des nouvelles démocraties après la chute de l’Union soviétique, mais elle est aujourd’hui largement critiquée comme étant le terreau du populisme réactionnaire, notamment en Pologne et en Hongrie. Mais le déclin politique ne fait que rendre plus intrigante la progression économique. »

Le hotspot

Il poursuit : « Le Fonds monétaire international (FMI) suit 195 économies et n’en qualifie que 39 d' »avancées ». Seuls 18 pays ont rejoint la classe avancée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et ils apparaissent principalement dans des groupes régionaux. L’Europe du Sud, avec la Grèce et le Portugal, puis l’Asie de l’Est, avec la Corée du Sud et Taiwan en tête. Maintenant, c’est l’Europe de l’Est qui devient le hotspot. »

« Sur les dix derniers pays à atteindre le rang avancé, quatre sont des micro-États ou des territoires tels que Porto Rico et Saint-Marin. Les autres sont des pays ex-communistes d’Europe orientale : la République tchèque et la Slovaquie, la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie et la Slovénie. La dernière grande économie (les 25 premières mondiales en termes de produit intérieur brut ou « PIB ») à atteindre le statut d’économie avancée a été la Corée du Sud en 1997, et la prochaine viendra probablement d’Europe de l’Est. »

Bien que la définition de « avancé » du FMI inclue la qualité des institutions et d’autres facteurs subjectifs, ces pays ont en commun un revenu par habitant supérieur à 17 000 dollars par an. « Parmi les quelques pays qui s’approchent de ce seuil, la Pologne est le seul grand pays, avec un revenu par habitant de plus de 15 000 dollars », sait M. Sharma. « La Hongrie a une longueur d’avance avec un revenu de près de 16 000 dollars, et la Roumanie est à quelques places derrière, avec 13 000 dollars. »

Une croissance à long terme

Les pays d’Europe de l’Est n’ont connu que la croissance économique depuis la chute de l’Union soviétique à la fin des années 1980. Et un pays en particulier tire son épingle du jeu : « Au cours des trois dernières décennies, la Pologne a connu une croissance annuelle moyenne de plus de 4 % sans une seule année de croissance négative (avant la pandémie). Comme d’autres satellites soviétiques, la Pologne a quitté le bloc avec une main-d’œuvre hautement éduquée et qualifiée, qui continue de lui servir. »

« Aujourd’hui, l’Europe de l’Est partage avec l’Asie de l’Est la seule clé reconnue de la croissance à long terme : sa capacité de production. Comme l’industrie manufacturière génère régulièrement des recettes d’exportation, qui peuvent être réinvesties dans de nouvelles usines et de nouvelles routes, elle peut devenir un moteur de croissance autonome. »

À noter : « Aucune des 18 économies qui ont rejoint la classe avancée après 1945 n’est exportatrice de pétrole ou d’autres matières premières, dont les prix ont tendance à fluctuer et à déstabiliser la croissance. Quatre sont de petits centres touristiques ou financiers, comme Macao. Les autres sont des économies d’usine, où l’industrie représente environ 15 à 25 % du PIB et environ 60 % ou plus des exportations. »

« Les économies émergentes de l’Est appartiennent à cette classe et se développent grâce à des usines d’exportation proches des marchés d’Europe occidentale. De nombreuses voitures allemandes de haute qualité sont fabriquées en Hongrie ou en Roumanie. La Pologne exporte tout, des pièces automobiles aux écrans vidéo. »

Économie numérique

L’économie numérique connaît aujourd’hui la croissance la plus rapide dans les économies en développement, souligne M. Sharma, et la Pologne en est l’un des leaders. « Sur la base des revenus numériques en pourcentage du PIB, elle figure déjà parmi les 20 premiers de l’économie mondiale. Pour les voyageurs d’affaires, la Pologne se distingue moins par sa politique conservatrice que par l’énergie capitaliste d’une nation qui produit des entreprises de classe mondiale dans les fintech, les jeux et autres industries numériques. »

Subventions de l’UE

« La critique actuelle de l’Europe de l’Est se concentre sur le déclin des droits des tribunaux et des médias, mais ignore de nombreux progrès. Comme d’autres satellites ex-soviétiques, la Pologne a mis en œuvre des réformes institutionnelles comme prix de son adhésion à l’UE et elle en récolte encore les fruits en termes de stabilité et de subventions. »

« Comme une sorte de récompense pour avoir abandonné le communisme soviétique, les subventions de l’UE (…) ont afflué vers la Pologne, la Hongrie et la Roumanie. Des projections récentes montrent que les subventions de l’UE à ces pays se poursuivront à un rythme annuel d’environ 1 % du PIB au cours des cinq prochaines années. »

En conclusion : si les prévisions sont correctes, le revenu par habitant en Pologne dépassera 17.000 dollars d’ici 2022. Ensuite, « ce n’est probablement qu’une question de temps avant que le pays ne soit inclus dans le club avancé. Indépendamment du moment où cela arrivera, les anciens États communistes d’Europe de l’Est se sont déjà imposés comme la plus grande concentration de succès en matière de développement depuis les merveilles de l’Asie de l’Est. »

À lire également:

Plus
Lire plus...
Marchés