Les tergiversations de De Croo : vers un pass vaccinal ou une obligation vaccinale ?

Du côté des libéraux flamands, c’est la grande tergiversation. Alors que le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) disait ce dimanche qu’il était prêt, au bout du compte, à envisager une obligation vaccinale, Egbert Lachaert, président de l’Open VLD, met sur la table le pass vaccinal.

Le Premier ministre vient de vivre un week-end difficile. Entre la résistance du monde culturel, les appels à la désobéissance civile et la désolidarisation de certains partis au sein du Codeco, « la méthode De Croo » n’aura jamais été autant critiquée.

En ce compris au sein du gouvernement, on s’agace de l’impréparation des décisions (sanitaires) ou du report des dossiers importants (nucléaire, pension, fiscalité…). En ressort un manque de leadership et certainement de cohésion, même si le Premier ministre n’est pas aidé par certains présidents de parti de la Vivaldi.

Ce dimanche pourtant, dans l’hebdomadaire flamand De Zondag, Alexander De Croo a fait une analyse plutôt lucide de la situation. Il pointe le fait qu’Omicron ne sera pas la dernière vague, qu’il faudra vivre avec le virus en 2022, et il a en tête quatre priorités: la prévention (ventilation), l’augmentation des capacités des soins intensifs, le soulagement des généralistes en renforçant les centres de testing et de vaccination, et la mise en place d’un baromètre qui doit apporter plus de clarté avec un système de seuils.

Enfin, serait-on tenté de dire.

Le pass vaccinal: le dernier recours

Plus étonnant, le Premier ministre dit désormais qu’il ne fait plus de la vaccination obligatoire un tabou. Pourtant, il s’était toujours refusé de l’envisager. Sa position a changé: « L’objectif est clair : nous devons vacciner tout le monde. Si la voie de la vaccination obligatoire peut y contribuer, je suis prêt à l’envisager. » Deux nuances toutefois: le Premier ministre reste déterminé sur le fait qu’il est préférable de convaincre plutôt que d’imposer. Il veut également mettre en place un débat parlementaire sur la question.

Ce lundi, le changement de tactique au sein de l’Open VLD se dessine: le président de parti Egbert Lachaert met sur la table le pass vaccinal comme il est appliqué en France. Dans ce cas de figure, un test ou une preuve de rétablissement ne suffit plus pour faire valider son CST, il faut être vacciné.

« Je crains que nous ne puissions faire autrement », a déclaré Egbert Lachaert au De Morgen.  « Comme le Premier ministre De Croo l’a souvent dit : attacher quelqu’un pour le vacciner, nous ne voulons pas de ça. Un libéral ne peut pas soutenir une telle chose. Elle est également irréalisable dans la pratique. »

Les libéraux flamands aimeraient que ce pass vaccinal soit mis en place dès le printemps, après la campagne vaccinale de la 3e dose.

Le pass vaccinal, une obligation vaccinale qui ne dit pas son nom.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20