Les marchés sont-ils proches d’un plancher ? Cathie Wood le pense, mais un indicateur clé suggère le contraire

Après la publication du rapport sur l’inflation américaine, les marchés boursiers ont été (une fois de plus) frappés par une vague de ventes. En conséquence, le S&P500, suivant les traces du Nasdaq, est entré dans un marché baissier. Cathie Wood, directrice de la société d’investissement Ark Invest, est convaincue que les marchés ont presque atteint un plancher.

Le S&P500 se négocie actuellement quelque 22% en dessous de son sommet du début de l’année. En conséquence, l’indice américain est officiellement dans un marché baissier. Le Nasdaq a déjà chuté de 20% par rapport à son dernier sommet. Depuis, la perte a encore augmenté pour atteindre plus de 30%.

Tumulte sur les marchés boursiers

Les investisseurs sont préoccupés, entre autres, par les prochaines décisions de la Réserve fédérale en matière de taux d’intérêt. Le récent rapport sur l’inflation aux États-Unis a montré que l’inflation outre-Atlantique continuait à gagner du terrain. Il est donc à craindre qu’une hausse des taux d’intérêt américains de 75 points de base se profile à l’horizon. Lors de la dernière réunion, les membres du conseil de la Réserve fédérale ont décidé de relever les taux d’intérêt de 50 points de base, ce qui a également provoqué des turbulences sur les marchés boursiers à l’époque.

Wood fait partie des investisseurs qui ont été durement touchés par les récentes vagues de vente. Le prix de son ETF ARK Innovation a chuté de 53% depuis le début de l’année. Toutefois, elle est convaincue que la fin de la tendance à la baisse des cours boursiers est en vue. Selon elle, les valeurs technologiques se redresseront en premier, suivies par le marché en général. C’est ce qu’a déclaré Wood lors d’un webcast mardi.

La femme derrière Ark Invest a fait une comparaison avec les crises précédentes. « À la suite de la bulle Internet et de la crise financière de 2008, le Nasdaq s’est redressé plusieurs mois avant le S&P500 et a donc récupéré plus tôt », a-t-elle précisé.

Indice VIX

Pourtant, tout le monde ne partage pas cette conviction. Adam Kobeissi, l’homme derrière la lettre d’information pour les investisseurs The Kobeissi Letter, a mis en garde, dans une interview accordée au site d’information financière Marketwatch mardi, contre d’autres effets à la baisse à moyen terme.

Selon lui, on ne peut dire qu’un fond existe que si certaines conditions sont réunies. Il a fait référence à l’indice VIX. Cet indice reflète la volatilité, les mouvements à la hausse et à la baisse, de l’indice boursier américain S&P 500. Il est considéré comme le plus important baromètre de la peur ou de la nervosité des investisseurs. Plus le VIX est élevé, plus les turbulences sont importantes. Un VIX faible indique un climat boursier calme.

« Nous n’avons pas encore vu de véritable pic du VIX. En général, nous ne voyons pas les marchés baissiers atteindre un plancher sans une vente de panique, semblable à ce que nous avons vu en 2001 et 2020 », a déclaré M. Kobeissi. « Historiquement, un marché baissier n’a jamais atteint son point le plus bas sans que l’indice VIX n’atteigne 45 points ou plus. » Aujourd’hui, ce baromètre de la peur affiche à un peu plus de 32 points.

Kobeissi n’exclut pas la possibilité que le S&P500 chute encore à 3.500 points. « Si la Fed augmente les taux de manière agressive, les marchés chutent par peur de la récession, et si la Fed agit de manière moins belliqueuse, les marchés chutent par peur de l’inflation », résume-t-il la situation délicate dans laquelle les marchés se trouvent.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20