Les Émirats arabes unis sont le premier État pétrolier à viser la neutralité climatique

Les Émirats arabes unis veulent devenir le premier membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à atteindre la neutralité climatique. Selon les observateurs, cette mesure pourrait avoir un impact important car elle pourrait obliger d’autres producteurs à formuler des plans similaires.

Fait notable: les plans de durabilité qu’ils proposent n’obligeraient pas nécessairement les Émirats arabes unis à vendre moins de pétrole.

Sommet sur le climat

« Les Émirats arabes unis envisagent des mesures qui leur permettraient de contribuer à empêcher que les températures mondiales n’augmentent de plus de 1,5 degré Celsius d’ici le milieu de cette décennie par rapport aux niveaux enregistrés avant le début de l’ère industrielle », affirme l’agence de presse Bloomberg.

L’annonce officielle de ces projets aurait lieu avant le sommet des Nations unies sur le climat, qui se tiendra à Glasgow en novembre. Les Émirats seraient ainsi le premier grand État pétrolier à proposer un objectif climatique aussi ambitieux.

« Cependant, les émissions provenant des combustibles fossiles exportés à l’étranger par le pays ne sont pas incluses dans ces calculs », prévient Bloomberg. « Cela permet techniquement au pays d’atteindre le statut de zéro émission nette, tout en permettant entre-temps de continuer à investir des milliards de dollars dans l’extraction du pétrole. »

Les exportations de pétrole ont fait des Émirats arabes unis l’un des pays les plus riches du monde. Ce faisant, la consommation de combustibles fossiles et les émissions de gaz à effet de serre ont également atteint des niveaux plus élevés.

Les Émirats, qui comptent près de 10 millions d’habitants, ont généré 190 millions de tonnes de dioxyde de carbone il y a deux ans. Par habitant, les Émirats ont l’une des émissions les plus élevées au monde. Le pays laisse derrière lui, entre autres, l’Australie et les États-Unis.

Efforts insuffisants

Selon les plans actuels, seule la moitié de la production énergétique des Émirats arabes unis devrait être exempte d’émissions d’ici le milieu du siècle. Cette production devrait provenir de sources renouvelables et de centrales nucléaires. Le reste serait fourni par le gaz et le charbon.

Le groupe environnemental Climate Action Tracker a précédemment fait valoir que les efforts des Émirats en matière de climat restent insuffisants. La compagnie pétrolière nationale d’Abou Dhabi prévoit d’augmenter sa capacité de production d’un peu plus de 4 millions de barils par jour à 5 millions de barils par jour au cours des dix prochaines années.

Bien que les Émirats s’efforcent de diversifier leur économie depuis les années 1980, les combustibles fossiles restent la principale source de revenus du pays. Les combustibles fossiles alimentent environ 30% du produit intérieur brut.

Néanmoins, le pays a déjà pris un certain nombre de mesures pour renforcer ses ambitions durables. Au début de ce siècle, par exemple, elle a créé Masdar, une ville « verte » qui prône le zéro déchet, les énergies renouvelables et les transports bas carbone.

Le pétrole a encore de beaux jours devant lui

Les plans de neutralité climatique pourraient, selon les experts, accroître la pression sur les autres pays du Moyen-Orient pour qu’ils annoncent des mesures similaires. « Il est rare qu’un pays dépendant du pétrole se fixe des objectifs climatiques audacieux », soulignent-ils.

« Parmi les principaux producteurs, seuls les États-Unis se sont engagés à devenir climatiquement neutres d’ici le milieu du siècle. La Russie, par exemple, s’est montrée peu encline à fixer des objectifs concrets. Même un pays comme la Norvège, qui a déjà obtenu des résultats importants dans le domaine de la durabilité, n’a pas encore pris d’engagements clairs en matière de neutralité climatique. »

« Même avec les promesses mondiales autour de la neutralité climatique, il est probable que le pétrole ait un avenir au-delà du milieu de ce siècle », estiment les observateurs. « Les calculs de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) montrent qu’il y a deux ans, le monde consommait 100 millions de barils de pétrole par jour. Au milieu du siècle, cette consommation serait encore de 24 millions de barils par jour. »

« Les émissions de ces combustibles fossiles, qui proviendront principalement des avions et des navires, devront être retirées de l’air par de nouvelles plantations d’arbres ou par le déploiement de nouvelles technologies. »

Pour aller plus loin:

Plus
My following

Analyse boursière: Kempen à l'achat pour Galapagos

07/12/2021 08:14

(ABM FN) L'action Galapagos mérite à nouveau d'être achetée. C'est l'avis de l'analyste Alex Cogut de la banque d'investissement Kempen.

Cogut souligne que la valorisation boursière de l'action est 2 milliards d'euros en dessous des liquidités de l'entreprise. "Et à l'instar du reste du secteur de la biotechnologie, je pense que l'action a atteint son point bas", a déclaré l'analyste à ABM Financial News.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20