Les élections sont un scrutin sur la personnalité de Biden, pas sur celle de Trump

De nombreuses manifestations rassemblant des centaines de personnes ont été organisées aux 4 coins des Etats-Unis pour protester contre l’agression à l’arme à feu d’un jeune noir par un policier blanc. (Isopix)

Quelques jours après la fin de la convention républicaine, les troubles sociaux, les violences et les pillages qui ont suivi les tirs d’un policier blanc sur un homme noir non armé dans la ville de Kenosha pourraient pousser les indécis à arrêter leur choix de vote, et cela à l’avantage de Trump.

La vidéo ci-dessous, filmée par le maire démocrate Jacob Frey à Minneapolis mercredi soir, ne nécessite aucun commentaire sur la situation dans la région. Une succursale de chaîne de vêtements de luxe Saks est totalement pillée.

Tous les regards sur Biden

Trump reste l’un des politiciens les plus rusés de l’histoire. Dans le chaos actuel, il va certainement réussir à s’en servir pour faire de l’élection de novembre un référendum sur la personnalité de Biden et non sur la sienne. Un mécanisme qu’il a déjà mis en branle jeudi soir lors de son discours après sa nomination officielle par son parti comme candidat à la présidence. À plus de 40 reprises, il a répété le nom de son opposant.

Biden – pour ne pas être accusé d’accepter la violence – a répondu. Le ton de la vidéo était bien calculé. Il est allé loin dans ses propos, mais pas trop loin non plus, pour ne pas blesser une partie de la population. Il en a dit juste assez pour rassurer les habitants des banlieues.

Mais les techniques de Trump pourraient bien lui permettre de rafler plus de voix. De nombreux électeurs indépendants n’ont toujours pas choisi leur camp. N’ayant d’attache ni pour les démocrates ni pour les républicains, il pourrait facilement passer d’un candidat à un autre.

La sécurité avant tout

Ces électeurs sont profondément préoccupés par la manière horrible et le rythme auquel la police tue des Noirs. Mais ils sont encore plus préoccupés par la sécurité de leur quartier.

Si les démocrates ne font pas face à cet angle mort, Trump renversera rapidement l’avance de Biden dans les sondages. Le vice-président Mike Pence a d’ailleurs donné un coup de pouce dans ce sens à son patron en déclarant à la convention républicaine que Biden économiserait ‘énormément’ sur les services de police. Ce qui est faux. Mais les électeurs pourraient bien y croire.

Si Biden perd son avantage dans les sondages à la suite des émeutes, la panique va s’intensifier dans le camp démocrate. Parce que si Trump peut convaincre suffisamment d’électeurs que ce n’est pas lui, mais Joe Biden qui est le ‘président du chaos’, 2016 se répètera inévitablement.