Les 1% d’Américains les plus fortunés se sont enrichis de 12.000 milliards de dollars pendant la pandémie

Selon la Réserve fédérale, la banque centrale américaine, la richesse des 1% les plus riches des États-Unis a augmenté de 6.500 milliards de dollars l’année dernière. À la fin de 2021, la richesse totale de ce 1% a atteint, de manière cumulée, 45.900 milliards de dollars.

Les Américains les plus riches – tels que le chef d’Amazon Jeff Bezos, le PDG de Tesla Elon Musk ou l’investisseur vedette Warren Buffett – ont vu leur patrimoine augmenter à nouveau l’année dernière. Selon la banque centrale américaine, la richesse cumulée par les 1% d’Américains les plus riches s’élève désormais à la somme insensée de 45.900 milliards de dollars. Cela représente 6.500 milliards de dollars de plus que l’année dernière. Pendant toute la durée de la pandémie, cette richesse a en fait augmenté de 12.000 milliards de dollars.

« La plus forte augmentation de ces 40 dernières années »

« Ces chiffres sont insensés », a déclaré Edward Wolff, professeur d’économie à l’université de New York, à CNBC. « Le boom de la richesse pendant la pandémie se rapproche certainement de la plus forte augmentation de ces 40 dernières années ».

Selon ces chiffres, 1% des Américains les plus riches possédaient environ 32,2% de la richesse totale des États-Unis en 2021. La richesse détenue par les 90% les plus pauvres de la population américaine a diminué en 2021 par rapport à avant la pandémie. En 2021, quelque 30,2% de l’ensemble des richesses étaient entre les mains des 90% les plus pauvres, contre 30,5% avant la pandémie.

Cependant, les énormes sommes d’argent de ces super-riches ne sont pas simplement placées sur leurs comptes bancaires. La majeure partie de cette richesse est constituée d’actions. Selon la Fed, les portefeuilles des 1% valent environ 23.000 milliards de dollars. Cela signifie que ce groupe possède non seulement une grande partie de la richesse totale des États-Unis, mais aussi la plus grande part de toutes les actions en bourse. Jusqu’à 53,9% de toutes les actions détenues à titre personnel seraient détenues par 1% de la population américaine.

« Le marché boursier favorise l’inégalité »

À part les 1% d’Américains les plus riches, personne ne se réjouit vraiment de ces chiffres. Les économistes sont en fait très préoccupés par l’augmentation des inégalités. Le fait que les grandes fortunes accumulent de plus en plus leurs richesses en actions est également un signal d’alarme. Selon Wolff, il existe un cycle de rétroaction, une sorte de cercle vicieux qui alimente l’inégalité.

Comme l’actionnariat est concentré entre les mains des plus riches, affirme Wolff, la hausse du prix des actions va générer encore plus d’argent pour les plus riches. Le fait que les plus riches puissent se permettre d’investir dans des actions, et donc de s’engager dans une forme d’épargne, signifie que la majeure partie de la richesse d’un pays circule uniquement sur les marchés des actions. Cette circulation fait à nouveau grimper les prix, et l’histoire se répète. « L’augmentation des inégalités entraîne les marchés boursiers, qui à leur tour entraînent les inégalités », résume Wolff.

Le monde de l’entreprise est une autre source de revenus pour les Américains les plus riches. Quelque 57% de toutes les entreprises privées des États-Unis sont détenues par les 1% les plus riches. La valeur que ces entreprises ont apportée aux gros salaires a également connu une hausse vertigineuse, de 36% l’année dernière. Cela représente 2.200 milliards de dollars en 2021.

Scénarios d’apocalypse

Depuis plusieurs années, les économistes du monde entier mettent en garde contre l’inégalité croissante des richesses dans le monde. La pandémie a peu contribué à améliorer les inégalités. Des économistes tels que Thomas Piketty esquissent un scénario catastrophe dans lequel notre société semble se diriger vers l’ancien régime, dans lequel un groupe restreint « d’aristocrates » possède la quasi-totalité des richesses, et où toute innovation s’arrête parce que toute valeur ajoutée disparaît dans les poches des gros revenus.

Selon Piketty, pour sauver le capitalisme et la démocratie libérale d’une mort imminente, des changements radicaux doivent être apportés à notre système fiscal et aux marchés des capitaux. Les éléments centraux sont un impôt sur le revenu radicalement progressif, un impôt sur le capital et une transparence accrue.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20