Le vaccin chinois de Sinovac aurait une efficacité supérieure à 50%, mais les résultats complets se font attendre…

Le vaccin CoronaVac, développé par la biotech chinoise Sinovac, aurait une efficacité supérieure à 50%, selon des chercheurs brésiliens. Toutefois, la publication des résultats complets des essais cliniques au Brésil se fait attendre, ce qui ne fait les affaires de Pékin.

Le Brésil est le premier pays à achever un essai de phase avancée, sur 13.000 personnes, du vaccin développé par Sinovac. La publication des résultats complets était prévue pour le début du mois décembre, mais elle a déjà été reportée à trois reprises. Un retard qui ne fait pas les affaires de la Chine, qui tente de refaire son retard sur les laboratoires occidentaux dans la course au vaccin, et qui ne manquera pas d’alimenter les critiques autour du manque de transparence dont font preuve les fabricants chinois de vaccin.

Des doutes pourraient également surgir au Brésil autour du CoronaVac, même si les chercheurs brésiliens ont annoncé mercredi que le vaccin avait une efficacité supérieure à 50%, rapporte la chaîne américaine CNBC. À la demande de SinoVac, ils n’ont toutefois pas pu en dire plus. Et tout cela dans un contexte de nouvelle flambée épidémique dans un pays dont le président a d’ores et déjà fait savoir qu’il ne se ferait pas vacciner contre le Covid-19.

‘51%’

Les scientifiques de l’Institut Butantan, à Sao Paulo, ont cependant ajouté que le vaccin était suffisamment efficace pour être approuvé pour une utilisation d’urgence au Brésil. L’Anvisa, le régulateur de la santé, exige un taux d’efficacité d’au moins 50% pour approuver les vaccins contre le nouveau coronavirus.

‘Notre objectif était qu’il soit supérieur à 50%. S’il devait être de 51%, ce serait déjà important pour nous, d’autant plus que nous traversons un moment de crise sanitaire’, a déclaré le secrétaire d’État à la santé de Sao Paulo, Jean Gorinchteyn. ‘Pour nous, ce serait un moment de célébration.’

‘Une hésitation qui nuit à l’image de leur vaccin’

Par ailleurs, le directeur de l’Institut Butantan, Dimas Covas, a fait savoir qu’aucun des volontaires vaccinés n’avait développé une forme grave de Covid-19 au cours des essais du vaccin de Sinovac.

‘Ne pas avoir de cas grave est une très bonne chose. Cela sera très utile pour combattre cette pandémie’, a commenté l’immunologiste brésilienne Cristina Bonorino. ‘Mais cette hésitation nuit à l’image de leur vaccin. Ils n’auraient pas dû faire une démonstration de quelque chose qu’ils n’ont finalement pas dévoilé. C’est le plus gros problème.’

15 jours

La biotech Sinovac a demandé aux chercheurs brésiliens de retarder la publication des données complètes d’une quinzaine de jours, le temps pour la firme de consolider ses données au niveau mondial.

En Chine, le CoronaVac est déjà administré depuis juillet à certains groupes à haut risque, dans le cadre d’un programme d’utilisation d’urgence de vaccins expérimentaux.

Lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés