Les marchés:
Markten inladen...

LUNDI 10 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Le Royaume-Uni a désormais de ‘bonnes raisons techniques’ pour évincer Huawei de la 5G

Logo Business AM
Politique

06/07/2020 | Kathy De Schrijver | 4 min de lecture

Isopix

Le National Cyber ​​Security Center aurait réévalué les risques d’utiliser l’entreprise chinoise Huawei dans le développement de la 5G au Royaume-Uni. Les nouvelles sanctions américaines et la gestion politique de la pandémie de coronavirus et de la cité-État de Hong Kong font pencher la balance vers une exclusion totale de la firme dans ce secteur.

Cette analyse a été divulguée par l’ancien chef des services secrets britanniques, sir John Sawers, dans une interview avec le Financial Times. Il explique que l’interdiction pour Huawei d’utiliser des technologies américaines dans ses produits a fait diminuer l’estimation de son niveau de sécurité. Les États-Unis ont en effet bloqué les exportations de semi-conducteurs à destination de l’entreprise chinoise.

Huawei est souvent accusée d’être à la botte du parti communiste au pouvoir en Chine, ce qui lui vaut de nombreuses sanctions. La firme réfute les accusations. Mais ce possible lien pourrait être un risque pour la sécurité des démocraties occidentales, qui craignent d’être espionnées par les autorités chinoises. Cette crainte augmente à mesure que le président Xi Jinping et son gouvernement prennent des décisions vivement contestées au niveau international. On parle notamment de la gestion de la crise du coronavirus, la Chine étant accusée d’avoir minimisé la dangerosité virus, mais aussi de la nouvelle loi sur la sécurité à Hong Kong, qui nuit à la relative indépendance de la cité-État.

En conséquence, ‘les services de renseignement britanniques ne peuvent donc plus fournir les assurances nécessaires que l’équipement fabriqué en Chine est toujours sûr à utiliser dans le réseau de télécommunication du Royaume-Uni’, explique Sawers. ‘Il y a maintenant de solides raisons techniques pour que le Royaume-Uni modifie la décision de janvier.’

Révision de la décision

En janvier dernier, le gouvernement britannique, sur base des premières études du National Cyber ​​Security Center, avait autorisé l’utilisation de technologies développées Huawei dans le déploiement de la 5G. Toutefois, une limite avait été fixée: maximum 35% du marché des télécommunications.

Cette décision devrait être revue dans les 15 prochains jours par le Conseil de Sécurité, selon The Guardian. Avant les vacances d’été, le parlement devrait donc interdire totalement la participation de Huawei pour le réseau 5G britannique. Une révision qui devrait faire plaisir à la soixantaine de parlementaires anti-Huawei et aux États-Unis qui ont développé depuis plusieurs mois une propagande pour convaincre le Royaume-Uni de la dangerosité de la firme chinoise.

Source: The Guardian


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks