Le régulateur de la bourse belge freine les ventes à découvert

Isopix

Le régulateur FSMA (l’Autorité des services et marchés financiers) a annoncé une interdiction de la vente à découvert (‘short selling‘), c’est-à-dire de la spéculation sur les baisses de prix.

La mesure vise à ralentir les chutes de prix turbulentes sur les bourses. L’interdiction s’applique à 16 actions qui ont été durement touchées, dont AB InBev, KBC, Ageas et Barco.

La vente à découvert est une technique qui consiste à essayer de tirer parti d’une baisse prévue du marché boursier. Les investisseurs qui font une vente à découvert vendent des actions qu’ils ont empruntées au propriétaire. Ils espèrent alors une perte de prix afin de racheter les actions à bon marché et de faire un profit.

L’interdiction belge fait partie d’une initiative européenne plus large visant à freiner les ventes à découvert.

Obligation de signalement

L’obligation de signalement est également renforcée. En Europe, la règle voulait que les positions courtes nettes de plus de 0,2 % devaient être déclarées aux autorités nationales de surveillance des bourses. ‘Ce seuil a été abaissé à 0,1 % afin que les régulateurs puissent mieux surveiller l’évolution des marchés’, explique la FSMA.

Lire aussi: