« Le pétrole et le gaz feront encore partie du mix énergétique pour les décennies à venir »

Les PDG de certaines des plus grandes entreprises énergétiques du monde ont défendu leur position vis-à-vis du mix énergétique après que la COP26 ait attiré l’attention sur l’avenir de leur secteur. La conférence sur le climat s’est déroulée après une période d’augmentation rapide des prix de l’énergie due à une demande croissante et à une offre qui ne pouvait suivre. Lors du forum ADIPEC sur l’énergie à Abou Dhabi, les PDG des géants pétroliers BP et Lukoil, entre autres, ont pris la parole pour défendre leur secteur.

Pourquoi est-ce important ?

Les plus grandes entreprises énergétiques du monde tiennent à conserver leur position sur le marché dans le cadre de la transition vers une énergie plus verte. Mais est-ce aussi simple ? Peut-être bien : même les PDG des grands groupes pétroliers, souvent décriés, ont raison de souligner l'importance de leur rôle dans la transition énergétique.

Les grandes compagnies pétrolières sont sans doute celles qui se trouvent depuis le plus longtemps dans la ligne de mire de l’activisme climatique. Ainsi, pour des PDG comme Bernard Looney de BP, la promotion du rôle de son entreprise dans la transition de l’industrie vers une énergie plus verte est devenue une partie importante de son travail.

Le géant pétrolier BP s’est engagé à lutter contre le changement climatique, a déclaré M. Looney. Il a toutefois souligné que les hydrocarbures, tels que le pétrole et le gaz, joueront un rôle dans le bouquet énergétique pour les années à venir.

« Il n’est peut-être pas populaire de dire que le pétrole et le gaz feront partie du système énergétique pour les décennies à venir, mais c’est la réalité », a-t-il assuré sur la chaîne économique CNBC, qui diffusait le forum sur l’énergie.

Fournir encore 20 millions de barils de pétrole par jour en 2050

M. Looney a souligné que le rapport « Net Zero » de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), publié en mai, indiquait qu’en 2050, l’offre mondiale de pétrole « dans la trajectoire nette zéro » serait encore d’environ 20 millions de barils par jour.

« Ainsi, toute personne objective dira que les hydrocarbures doivent jouer un rôle: la question est alors de savoir ce que l’on fait à ce sujet. Vous essayez donc de produire ces hydrocarbures de la meilleure façon possible », a-t-il ajouté.

« Ça ne se fait pas du jour au lendemain »

M. Looney a fait valoir que la transition énergétique prendrait du temps.

« Nous devons être très, très clairs sur notre objectif lorsque nous entamons un dialogue dans ce domaine. Et notre objectif dans cette conversation est de réduire les émissions… Pour certaines personnes, c’est inacceptable, car cela signifie que les hydrocarbures font partie du mix énergétique. C’est juste un système qui existe depuis des décennies et des décennies et des décennies. On ne l’appelle pas transition énergétique pour rien. Il n’y a pas d’interrupteur. Cela ne se fait pas du jour au lendemain », a-t-il déclaré.

Le PDG a déclaré que BP joue son rôle dans la transition énergétique parce que l’entreprise pense que c’est « la bonne chose pour la société et la bonne chose pour le monde » et parce qu' »il y a une énorme opportunité de valeur pour notre entreprise, des milliers de milliards de dollars seront dépensés pour reconstruire le système énergétique de la planète ».

« Il y aura du gaz naturel, il y aura du solaire, il y aura de l’éolien, il y aura de l’hydrogène, il y aura du nucléaire… Ce qu’une entreprise comme la nôtre (…) peut faire, c’est tricoter deux formes d’énergie différentes ensemble pour donner aux clients ce qu’ils veulent », a-t-il ajouté.

Hydrogène bleu et vert

M. Looney a déclaré que BP avait déjà procédé à des changements radicaux pour se concentrer sur les énergies renouvelables: « Je ne pense pas que quiconque puisse regarder BP objectivement et dire que nous ne nous penchons pas sur la transition. »

« Il y a plus de 12 mois, nous avions moins de 10 gigawatts d’énergie renouvelable, aujourd’hui nous avons un pipeline de plus de 23 gigawatts. Il y a douze mois, nous n’avions rien dans le domaine de l’éolien en mer, aujourd’hui nous sommes sur les marchés les plus importants et à la croissance la plus rapide au monde, aux États-Unis et au Royaume-Uni, avec 3,7 gigawatts. Nous n’avions pas grand-chose dans le domaine de l’hydrogène. Aujourd’hui, nous avons un grand partenariat avec Adnoc, avec Masdar et BP qui, à terme, développera l’hydrogène – bleu et vert », a-t-il déclaré.

« Les entreprises énergétiques sont les leaders de la transition énergétique »

Vagit Alekperov, PDG de la compagnie pétrolière russe Lukoil, a ensuite fait remarquer qu' »à l’heure actuelle, les entreprises énergétiques sont les leaders de la transition énergétique. »

« Ce sont elles qui, entre autres, ont mis en œuvre des projets à forte intensité de capital, à forte intensité énergétique et à faible rentabilité liés aux énergies alternatives. Nous espérons donc que ce leadership des entreprises du secteur de l’énergie sera non seulement maintenu, mais renforcé à court et moyen terme », a-t-il déclaré. M. Alekperov a ajouté que les entreprises énergétiques comprennent parfaitement la nécessité de développer des sources d’énergie alternatives.

« Nous avons juste besoin de l’occasion d’expliquer ce que nous faisons et de préciser qu’il ne s’agit pas de combustibles fossiles. C’est une question d’émissions », a déclaré Vicki Hollub, PDG de la compagnie pétrolière américaine Occidental.

Des investissements considérables dans les énergies renouvelables

La révolution verte ne se fera donc pas sans d’énormes investissements dans les énergies renouvelables. « Qui dispose de la trésorerie et de la technologie ? Les compagnies pétrolières. Nous avons l’expérience des grands projets. La construction d’une plate-forme pétrolière offshore est comparable à celle d’un parc éolien en mer. La transition énergétique ne pourra pas réussir sans les compagnies pétrolières », avait déjà fait valoir Bernard Pinatel, PDG de TotalEnergies, il y a quelques mois dans De Tijd.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20