Le nucléaire peut-il encore sortir de sa tombe ?

L’énergie nucléaire est en déclin depuis la catastrophe de Fukushima au Japon il y a plus de dix ans, mais elle pourrait être prête à faire son retour. L’invasion de l’Ukraine par la Russie et la hausse des prix du gaz naturel ont conduit certains à affirmer que l’énergie nucléaire pourrait contribuer à résoudre le double défi de la sécurité énergétique et du changement climatique. Le secteur est-il de retour, ou s’agira-t-il à nouveau d’un faux réveil ?

Jusqu’à récemment, les perspectives de l’énergie nucléaire semblaient sombres. Les centrales construites dans les années 1970 et 1980 arrivent en fin de vie, et l’Allemagne et le Japon ont décidé de fermer leurs centrales pour des raisons politiques (même si le Japon envisage depuis de les rouvrir, NDLR). Parmi le nombre relativement faible de nouvelles centrales nucléaires actuellement construites, beaucoup ont pris du retard en raison d’erreurs de gestion et de défaillances techniques. Les réacteurs à eau pressurisée EPR, les centrales phares de Flamanville dans le nord de la France et d’Olkiluoto en Finlande, sont entrées en service avec respectivement 13 et 12 ans de retard. Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre, qui aurait dû fournir l’énergie nécessaire à la cuisson des dindes de Noël des Britanniques d’ici 2023, pourrait désormais n’être opérationnel qu’en 2027. Inévitablement, tous ces projets dépassent largement le budget.

L’argument de l’industrie nucléaire selon lequel cette énergie doit être considérée comme un atout pour la transition écologique n’a pas suffi à arrêter ce déclin.

Aucune nouvelle centrale nucléaire commerciale n’a été ouverte aux États-Unis depuis 1996

La combinaison de gaz de schiste bon marché et de subventions à l’énergie éolienne a sapé la rentabilité des centrales existantes et découragé les investissements dans de nouveaux projets. Avec la baisse du coût des sources d’énergie alternatives, l’énergie nucléaire commence à paraître excessivement chère et risquée. Dans de nombreux pays, le personnel ayant des compétences en ingénierie nucléaire est dépassé et le recrutement a été minime au cours de la dernière décennie. L’argument de l’industrie selon lequel l’énergie nucléaire doit être considérée comme une aubaine pour la transition vers une énergie propre n’a pas permis d’enrayer le déclin.

La guerre rend soudainement les nouvelles centrales nucléaires beaucoup plus compétitives

Mais au cours de l’année écoulée, l’augmentation rapide des prix de l’énergie et l’insécurité énergétique due aux conséquences de l’invasion russe en Ukraine ont rappelé aux gouvernements et aux consommateurs qu’il est risqué de dépendre des importations de ressources stratégiques. La maximisation de l’offre d’électricité produite au niveau national devrait être le point de départ de toute stratégie de sécurité énergétique. Dans le même temps, la forte augmentation des prix du gaz naturel au cours des 12 derniers mois a rendu les centrales nucléaires à nouveau beaucoup plus compétitives.

Il en résulte une vague de nouveaux projets : l’ancien Premier ministre britannique Boris Johnson souhaitait que l’énergie nucléaire fournisse plus de 25 % de l’électricité du pays d’ici 2050. En avril, la Chine a approuvé la construction de six nouveaux réacteurs, qui s’ajoutent aux 54 déjà en service et aux 19 encore en construction. Des entreprises chinoises seraient en train de négocier le développement de 40 nouveaux réacteurs dans le monde. Un réacteur de fabrication chinoise à Karachi, au Pakistan, est entré en service le 31 mars, et la Chine a signé un accord pour construire une autre nouvelle centrale nucléaire en Argentine au début de l’année.

Un certain nombre de pays de l’UE manifestent un vif intérêt

L’Allemagne a commencé à fermer sa capacité nucléaire en 2011 et devrait fermer ses trois centrales restantes d’ici la fin de l’année. Ailleurs dans l’Union européenne, cependant, on s’intéresse fortement au potentiel de l’énergie nucléaire pour remplacer les approvisionnements en gaz naturel russe dont l’UE dépend depuis 40 ans. Le président français Emmanuel Macron a annoncé avant la récente élection présidentielle que la France construirait jusqu’à 14 nouveaux réacteurs nucléaires, à partir de 2028. Et la Pologne a soumis des plans pour la construction de six nouveaux réacteurs en mars.

Petits réacteurs modulaires (SMR)

Des entreprises telles que Rolls-Royce au Royaume-Uni et NuScale aux États-Unis soutiennent cette tendance et développent une nouvelle génération de petits réacteurs modulaires (SMR) qui peuvent être construits et mis en service en moins de 10 ans. Les SMR peuvent être construits en série et devraient attirer les investisseurs privés dissuadés par les longs délais, l’escalade des coûts de construction et les risques associés aux centrales complexes à grande échelle comme celle de Flamanville.

La renaissance du nucléaire est loin d’être certaine

Mais une renaissance nucléaire est loin d’être certaine. Actuellement, le nombre de réacteurs menacés de fermeture et de déclassement est supérieur au nombre de réacteurs construits. Bien que l’opinion publique soit devenue plus favorable à l’énergie nucléaire dans la plupart des pays, une résistance profondément ancrée, sous-tendue par des préoccupations en matière d’environnement et de sécurité, continue de faire obstacle à une véritable renaissance.

Or la construction prend du temps, notamment en raison des évaluations de sécurité approfondies requises, et le temps coûte de l’argent. Par conséquent, les projets ne seront mis en œuvre que s’il existe des garanties crédibles concernant les prix et l’achat d’électricité à l’avenir. L’avenir de l’énergie nucléaire est inextricablement lié à la politique gouvernementale, qui, comme toujours, est incertaine et constitue une source supplémentaire de risque.

Qu’en est-il de l’élimination des déchets ?

En outre, rien ne garantit que les prix du gaz naturel resteront si élevés à mesure que de nouveaux gisements entreront en production dans des régions telles que l’Afrique du Nord ou l’Asie centrale, ni d’ailleurs que l’UE honorera son engagement de réduire de deux tiers ses importations de gaz en provenance de Russie d’ici la fin de l’année. L’industrie nucléaire ne parvient toujours pas à résoudre efficacement le problème de l’élimination des déchets. Dans les centrales telles que Sizewell, dans l’est de l’Angleterre, le défi supplémentaire consiste à assurer un approvisionnement en eau suffisant pour faire fonctionner les réacteurs.

Compte tenu de la perspective d’un conflit prolongé en Ukraine, qui limitera les échanges avec la Russie, et du fait que l’électrification est susceptible de devenir de plus en plus importante à mesure que nous nous dirigeons vers un monde à faible émission de carbone, le potentiel de l’énergie nucléaire est énorme. Mais en raison de son délai de mise en place, l’énergie nucléaire ne peut apporter une solution immédiate aux défis actuels. Toutefois, en l’espace d’une décennie, l’énergie nucléaire, ainsi que l’énergie éolienne et solaire, pourraient saper le marché mondial du gaz. La question est de savoir si l’énergie nucléaire civile peut enfin tenir les promesses qu’elle a faites à l’époque son développement dans les années 1950.


L’auteur Nick Butler, professeur invité au King’s College de Londres, est le président fondateur de l’Institut de recherche sur l’environnement et la santé. Kings Policy Institute et président de Promus Associates.

© Project Syndicate, 2022 – www.project-syndicate.org

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20