Le monde lancera 17.000 satellites durant cette décennie: le privé est pourtant loin d’en être le seul responsable

Jusqu’à la fin de cette décennie, 17.000 nouveaux satellites seront lancés en moyenne chaque année dans le monde. C’est quatre fois plus que le nombre de lancements durant la décennie précédente. C’est ce qui ressort d’un rapport de l’analyste Euroconsult. Cependant, si c’était la masse lancée qui était prise en compte, il n’y aurait en réalité qu’un doublement, selon les chercheurs.

Euroconsult voit plusieurs facteurs à l’origine de la croissance que le secteur peut attendre au cours de cette décennie. « En premier lieu, nous devons examiner les ambitions d’un certain nombre de parties pour créer rapidement des méga-réseaux pour les communications à large bande ou construire de nouvelles constellations pour l’observation de la Terre », soulignent les chercheurs.

« En outre, les puissances spatiales historiques déploient des plans d’investissement dans de nouvelles applications satellitaires, telles que la sécurité. Enfin, il convient de noter qu’un nombre croissant de pays travaillent à la réalisation de leurs premiers systèmes satellitaires opérationnels – pour les télécommunications, le renseignement par imagerie ou l’exploration spatiale. »

Sociétés commerciales

L’étude mentionne environ 170 projets. Les sociétés commerciales seraient à l’origine de 65% de ces initiatives. « À peine cinq entreprises – OneWeb, Starlink, Gwo Wang, Kuiper et Lightspeed – représentent ensemble 58% de l’ensemble des satellites qui seront lancés au cours des dix prochaines années », affirment les chercheurs.

« D’autre part, ces entreprises représenteront à peine 10% des budgets totaux de production et de lancement de satellites de l’industrie spatiale. Cette différence s’explique par des économies d’échelle dans la production de satellites et par une forte baisse des taux de lancement. »

« On constate une augmentation sensible du lancement de constellations de satellites commerciaux », reconnaît Euroconsult. « Mais d’un autre côté, le nombre de contrats de production de satellites reste limité. Ces contrats tendent également à aller à des parties établies. »

« En dehors de quelques grands contrats pour de grandes constellations et de nouveaux satellites de communication en orbite géostationnaire (GEO), la concurrence mondiale pour la production de satellites reste limitée », ajoutent-ils dans leur rapport.

Les gouvernements, de bons clients

« La forte activité gouvernementale dans le secteur crée principalement une concurrence entre les fournisseurs locaux », souligne le rapport. « Les possibilités d’expansion internationale restent généralement limitées. » Selon les chercheurs, l’une des raisons de cette situation étant le désir de nombreux pays de protéger leur propre industrie spatiale.

« Malgré l’émergence de nouveaux acteurs commerciaux, les gouvernements représentent toujours trois quarts des revenus de l’industrie spatiale », affirment les chercheurs. « Dans le même temps, il convient de noter que les fabricants de satellites existants continuent de dominer le marché. Plus de la moitié du revenu total est réparti entre à peine quatre parties. »

« La multiplication par quatre de l’activité de lancement reflète des changements structurels dans l’ensemble de l’écosystème spatial », note Maxime Puteaux, consultant chez Euroconsult, commentant l’étude.

« Par le passé, le secteur était principalement caractérisé par de nouveaux entrants qui tentaient de défier les acteurs établis de l’exploration spatiale. Toutefois, l’accent a été déplacé vers des stratégies visant à utiliser des constellations de satellites – pour les communications ou l’observation de la Terre – afin de déployer rapidement des services commerciaux. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20