Le groupe qui chapeaute Zara et Massimo Dutti va fermer plus de 1.000 magasins

Zara Corona
ISOPIX

Inditex est une holding espagnole qui regroupe Zara, Pull & Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Zara Home et Uterquë. Entre 1.000 et 1.200 magasins vont fermer dans le monde.

Pour la première fois de son histoire, le groupe a subi une perte nette de 409 millions d’euros entre début février et fin avril. Une conséquence de la crise. Au cours de la même période lors de l’exercice précédent, un bénéfice de 734 millions d’euros avait été enregistré.

Mais en marge de la conférence de presse qui a clarifié les résultats trimestriels, il a également été annoncé la fermeture de 1000 à 1.200 magasins au cours des deux prochaines années, dont un quart en Espagne. L’objectif ? Une réduction des coûts.

Cela concerne 250 à 300 magasins de Zara, 140 à 165 de Pull & Bear, 135 à 160 de la marque Bershka et 110 à 135 de Massimo Dutti. Les emplois ne seront toutefois pas perdus, car tous les employés se verront proposer un emploi différent au sein du groupe.

Selon le président d’Inditex, Pablo Isla, l’entreprise maintient une confiance totale dans son modèle économique, caractérisé par sa flexibilité et son efficacité.

Zara a frayé un chemin la ‘fast fashion’

Zara était au berceau de la « fast fashion », grâce à sa capacité à s’adapter aux exigences de ses clients en « temps réel ». Certains articles prennent exactement 14 jours pour atterrir de la planche à dessin aux magasins Zara. Chaque magasin où qu’il soit sur la planète est livré avec deux fois par semaine.

Fin avril, le groupe exploitait encore 7.412 magasins dans le monde. Cependant, le groupe se concentre progressivement sur la vente en ligne. La société prévoit que les ventes en ligne représenteront 25% du total d’ici 2022, contre 14% fin 2019.

‘Les 1.000 à 1.200 magasins qui seront fermés sont rentables. Ils ferment parce qu’ils ne correspondent plus à notre vision’, explique Isla. 308 millions d’euros ont été réservés pour réaliser ces économies à long terme. Ce sont de plus petits magasins d’une valeur moyenne de 260.000 euros qui sont concernés.

L’attention se porte désormais sur des magasins plus grands, éco-efficaces, entièrement numérisés et durables. Magasins dans les meilleurs emplacements et avec une plus grande capacité de vente, qui peuvent également être utilisés pour la vente en ligne.

150 nouveaux magasins seront ouverts chaque année entre 2020 et 2022. Cela devrait permettre au groupe de croître de 4 à 6% par an. Au total, le nombre de magasins passera donc de 7.400 aujourd’hui à environ 6.700 à 6.900 d’ici deux ans.