Le cours de l’action Tesla a chuté de plus de 35 % depuis que Musk a déclaré vouloir prendre le contrôle de Twitter : pourquoi ?

Depuis que le PDG de Tesla, Elon Musk, a annoncé son intention de racheter la plateforme Twitter, le cours de l’action du constructeur de voitures électriques a chuté de plus de 35 %. En comparaison, au cours de la même période (d’avril à aujourd’hui), l’indice technologique Nasdaq a chuté d’environ 18 %.

Les faits : Musk a d’abord annoncé le 25 avril 2022 qu’il avait accepté de racheter Twitter. Une action de Tesla se négociait à 332,67 $ ce jour-là. Hier, il a clôturé à 207,47 dollars, après la première semaine complète de Musk en tant que propriétaire du réseau social.

Pourquoi les investisseurs semblent-ils avoir si peu confiance dans l’avenir du constructeur de voitures électriques ? Le site d’information du magazine néerlandais Autovisie cite trois raisons :

Peu de confiance des investisseurs car…

  • Le milliardaire de la technologie a fait appel à des ingénieurs de l’équipe Autopilot de Tesla pour étudier le code logiciel de Twitter. Ce n’est pas un problème en soi, si ce n’est que le projet Autopilot de Tesla est critiqué depuis des années (quand les trajets en voiture autonome seront-ils enfin irréprochables ?) et fait désormais l’objet d’une enquête pénale.
    • Musk n’a pas encore expliqué comment les employés de Tesla seront répartis, comment leurs responsabilités pour Twitter et Tesla seront rémunérées ou liées, note le site d’information de la chaîne économique CNBC.
  • L’entrepreneur sud-africain a désormais cinq entreprises à son actif : Tesla, Twitter, la société spatiale SpaceX, la start-up spécialisée dans les puces cérébrales Neuralink et la société de creusement de tunnels The Boring Company. Où trouve-t-il le temps de tracer les grandes lignes de toutes ces entreprises ?
    • « Ma charge de travail est passée d’environ, je ne sais pas, 78 heures par semaine à probablement 120 », a déclaré Musk lors d’une conférence d’investisseurs aux États-Unis hier. Il a ajouté que, « une fois que Twitter sera mis sur la bonne voie, je pense qu’il sera beaucoup plus facile à gérer que SpaceX ou Tesla. »
  • Le régime communiste chinois peut exercer une influence encore plus grande sur Tesla qu’auparavant. La Gigafactory de Tesla à Shanghai représente déjà un quart des ventes du constructeur automobile. Dorénavant, le Parti communiste (PCC) peut soudainement menacer de faire capoter certains accords relatifs aux licences si Musk ne fait pas ce que le régime veut sur Twitter ; laisser libre cours aux organes de propagande chinois, par exemple.

Concurrents

Plus loin : Lors de la conférence des investisseurs aux États-Unis, où Musk était invité hier, le centimilliardaire a réaffirmé que Tesla envisage toujours de construire une voiture électrique moins chère que sa berline Model 3. Il a également réitéré son objectif de pouvoir produire 40 000 voitures par jour.

  • Il ressentira sans doute la concurrence dans le secteur de l’automobile. En effet, les actions de Tesla ont aussi chuté beaucoup plus que celles de ses principaux rivaux du secteur depuis l’annonce de l’accord de Musk sur Twitter. Les cours des actions de General Motors et de Ford ont chuté d’environ 2 % et 11 % respectivement, tandis que le cours de l’action de Rivian, autre fabricant de VE, a perdu un peu plus de 5 %.

Et qu’en est-il de Twitter ?

Selon Musk, « The Bird » connaît une « énorme baisse de revenus », car les annonceurs appuient en masse sur le bouton pause et ne font pas de publicité sur la plateforme pour le moment.

  • Il s’agirait notamment de Pfizer, Mondelez, Audi et Carlsberg. General Motors, un concurrent de Tesla de Musk, a été la première entreprise à interrompre ses publicités sur Twitter.
  • Les annonceurs craignent que la politique de « liberté » de Musk ouvre grand la porte à davantage de harcèlement et de fake news sur le site.

BL

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20