‘Le coronavirus n’a pas encore atteint son pic sur le continent américain’, prévient l’OMS

Le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. – Isopix

L’épidémie de coronavirus sur le continent américain n’a pas encore atteint son pic, alors que le nombre de cas dans le monde approche rapidement les 10 millions, a averti mercredi l’Organisation mondiale de la santé.

Aux États-Unis, le nombre de contaminations au Covid-19 dépasse actuellement les 2,3 millions. Au Brésil, ce chiffre se porte à plus d’1,1 million. Le Pérou compte lui plus de 260.000 cas, et le Chili 250.000.

Si ces bilans sont déjà très lourds, ils n’en sont pourtant pas encore à leur pire niveau, selon l’OMS. De nombreux pays du continent souffrent encore d’une transmission communautaire soutenue, a déclaré Mike Ryan, directeur exécutif du programme d’urgence de l’OMS. ‘Malheureusement, la pandémie pour de nombreux pays des Amériques n’a pas atteint son point culminant’, a-t-il averti.

Mardi, le nombre de nouveaux cas dans le monde a bondi de 133.326, selon les données de l’OMS. Plus d’un tiers de ces cas proviennent du Mexique, du Chili, du Pérou, du Brésil et des États-Unis, qui ont signalé un total combiné de 58.583 nouveaux cas en une seule journée.

États-Unis

Avec plus de 2,3 millions de cas et au moins 121.279 décès à déplorer, les États-Unis restent sans surprise le pays le plus touché au monde par la pandémie. Il continue pourtant à avancer dans son déconfinement, alors que les autorités sanitaires américaines s’inquiètent d’une poussée ‘préoccupante’ de l’épidémie.

Plus de 32.000 contaminations ont ainsi été recensées ces dernières 24 heures tandis que les cas ont fait un bond de 32 % à l’échelle nationale, selon le dernier décompte enregistré ces sept derniers jours par l’université Johns Hopkins. Plusieurs régions font face à des pics de cas, dont l’Arizona, le Texas, le Montana et l’Idaho. Cette hausse ‘reflète une augmentation de la propagation communautaire’, a déclaré le Dr Anthony Fauci, l’immunologiste en chef de la Maison Blanche. ‘C’est quelque chose qui me préoccupe beaucoup.’

D’autres États constatent toutefois un recul de la pandémie. C’est le cas à New York, dans le New Jersey et le Connecticut, qui ont annoncé ce mercredi la mise en place d’une quarantaine obligatoire pour les voyageurs provenant des régions les plus touchées.

Coronavirus + grippe = tragédie cet automne

Mais les spécialistes craignent maintenant ‘qu’une lente combustion’ du virus tout au long de l’été ne conduise à une résurgence massive du virus cet automne, lorsqu’il sera présent en même temps que la grippe saisonnière. L’Institute for Health Metrics and Evaluation prévoit ainsi qu’il y aura plus de 200.000 décès liés au Covid-19 aux États-Unis d’ici octobre.

Pour prévenir une telle tragédie, Robert Redfield, le directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a exhorté cette semaine les Américains à se faire vacciner contre la grippe. ‘Les deux virus menacent de faire peser un énorme fardeau sur les hôpitaux américains’, a-t-il prévenu.

Respecter la distanciation sociale

De son côté, l’OMS a de nouveau appelé les dirigeants mondiaux à la prudence extrême quant à un déconfinement trop rapide. Les pays doivent rester vigilants sur les mesures de distanciation sociale, qui ne doivent pas être abolies trop tôt.

Mike Ryan a indiqué à ce sujet que certaines parties du continent américain ‘n’ont pas atteint un niveau de transmission suffisamment bas pour que nous puissions sortir de mesures de distanciation sociale efficaces’. ‘Je dirais que la situation est toujours en évolution’, a déclaré le directeur exécutif du programme d’urgence de l’OMS. ‘Cela se traduira probablement par un nombre soutenu de cas et de décès dans les prochaines semaines.’

Lire aussi: