Une seconde vague frappe plusieurs pays

Alors que la majorité des pays amorce un retour à la vie normale, un rebond épidémique est déjà observé dans plusieurs régions du monde. 

L’épidémie de coronavirus décline globalement en Europe et pourtant, certains États qui pensaient être sortis de l’ornière se voient faire face à une deuxième vague de contaminations. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait récemment alerté la population de l’accélération de l’épidémie dans le monde. Le Portugal a d’ailleurs annoncé, ce mardi, plusieurs nouvelles mesures de confinement dans la région de Lisbonne. Le pays avait été relativement ‘épargné’ par la première vague de contamination (1.500 morts recensés dans le bilan officiel) mais est en proie, depuis la semaine dernière, à une nouvelle hausse.

Pas moins de 300 nouveaux cas par jour ont été recensés, atteignant le seuil  limite de l’alerte sanitaire. À compter de ce mardi, les rassemblements de plus de 10 personnes sont à nouveau proscrits. Les cafés et les commerces devront également fermer plus tôt. 

Nouveau confinement en Allemagne

Le spectre d’une deuxième vague se confirme également en Allemagne. Le taux de contaminations, qui est l’un des principaux indicateurs de l’évolution de l’épidémie, s’est vu monter à 2,73 (chaque personne contaminerait donc potentiellement 2.73 personnes en moyenne), soit bien au-delà du seuil fixé par la Chancelière Angela Merkel, qui était de 1,2. Dans l’ouest du pays, en Rhénanie du Nord-Westphalie, plus de 1.300 personnes ont été contaminées dans un abattoir.

Le premier ministre du Land a donc déclaré devoir placer à nouveau la région de Guetersloh en quarantaine. Avec 360.000 habitants, Guetersloh est la première zone de l’Allemagne à se voir imposer un deuxième confinement plusieurs semaines après la levée des mesures. Le premier ministre de l’État, Armin Laschet a également déclaré que les bars, les musées, les galeries, les cinémas, les salles de sport, les gymnases et piscines de Guetersloh seraient fermés et que les pique-niques et les barbecues seraient interdits. ‘Nous lèverons la mesure dès que possible’, a déclaré M. Laschet lors d’une conférence de presse. « C’est une mesure préventive » a-t-il ajouté.

Asie

La Corée du Sud a également reconnu mardi lutter depuis mi-mai contre une seconde vague de coronavirus. Entre 35 et 50 nouveaux cas sont recensés tous les jours, essentiellement à Séoul et dans ses environs. Depuis fin mai, de nouvelles mesures de distanciation sociale avaient à nouveau été imposées pour contenir l’évolution de l’épidémie. Il est toutefois important de noter que la majorité des nouveaux cas recensés a cependant été importée (ce qui signifie que les nouvelles contaminations proviennent de zones extérieures au pays).

‘Nous pensons que la deuxième vague dure depuis les vacances de mai’, a déclaré Jung Eun-kyeung, le directeur des Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies (KCDC). Ce mardi 46 nouveaux cas ont été répertoriés (dont 30 en provenance de l’étranger), portant le chiffre total national à 12.484 contaminations.

En Chine, l’apparition d’un nouveau foyer de contamination à Pékin est un coup dur pour le président Xi-Jinping, qui s’était proclamé vainqueur de la pandémie. Mi-juin, les autorités sanitaires avaient annoncé, être confrontés à une deuxième vague avec 177 nouvelles contaminations, dont 2 se trouvaient en état grave.

L’ouverture des écoles maternelles, planifiées pour le 15 juin, a été repoussée. Pékin a aussi décidé de refermer les sites sportifs et culturels, a annoncé lundi la mairie de la capitale chinoise. Devant la presse, un haut responsable municipal, Xu Ying, a ajouté que les zones résidentielles devraient rétablir les contrôles de température aux entrées, qui avaient été récemment suspendus, et interdire leur accès aux non-résidents. L’épidémiologiste en chef du Centre chinois de prévention et de contrôle des maladies, Wu Zunyou, a toutefois déclaré que ce nouveau foyer est ‘sous contrôle’.