Le chef des forces américaines dans le Pacifique prévoit une invasion chinoise de Taïwan dans les prochaines années

Isopix

L’incapacité des États-Unis à s’opposer de manière concluante à la puissance militaire croissante de la Chine incite Pékin à accélérer ses plans en vue de remodeler l’ordre international actuel à son avantage. C’est en tous les cas la mise en garde formulée mardi par le commandant en chef des troupes américaines dans l’océan Pacifique. Le haut gradé voit notamment les Chinois envahir Taïwan au cours des six prochaines années.

Les préoccupations concernant le comportement agressif de la Chine ne sont pas neuves – sous l’ancien président Trump, les responsables militaires et du renseignement américains ont mis en garde à plusieurs reprises contre les investissements militaires, la désinformation, l’espionnage, ainsi que les cyberopérations de la Chine. Mais ces mises en garde ont pris une nouvelle dimension sous la présidence actuelle de Joe Biden, dont le secrétaire à la Défense n’a cessé de qualifier la Chine de principale menace militaire pour les États-Unis et l’Occident de manière générale.

‘Je crains que les Chinois n’accélèrent leurs ambitions de remplacer les États-Unis et notre rôle de premier plan dans l’ordre international fondé sur les règles’, a déclaré mardi l’amiral Philip Davidson, chef du commandement américain pour la région Indo-Pacifique, devant les membres d’une commission sénatoriale. ‘Ils ont depuis longtemps déclaré qu’ils voulaient y arriver d’ici 2050’, a-t-il ajouté. ‘Je crains qu’ils ne se rapprochent de cet objectif.’

‘La plus grande menace stratégique pour la sécurité à long terme au XXIe siècle’

Philip Davidson, qui prendra sa retraite dans le courant de l’année, a tenté ces dernières semaines d’attirer davantage l’attention sur le danger que représente une Chine de plus en plus brutale. Mardi, il a qualifié le géant asiatique de ‘plus grande menace stratégique pour la sécurité à long terme au XXIe siècle’ et a réitéré ses précédentes mises en garde contre l’érosion des ‘méthodes conventionnelles de dissuasion’ à l’égard de Pékin.

L’amiral Philip Davidson lors d’une audition devant une commission sénatoriale. M. Davidson, qui prendra sa retraite dans le courant de l’année, a tenté ces dernières semaines d’attirer davantage l’attention sur le danger que représente une Chine de plus en plus brutale. Isopix

‘L’équilibre militaire dans la région Indo-Pacifique est de plus en plus défavorable aux États-Unis et à leurs alliés’, a encore développé Philip Davidson. ‘Ainsi, nous encourageons la Chine à modifier unilatéralement le statu quo avant que nos forces ne soient en mesure d’organiser une réponse efficace.’

‘Dans le même temps, nous avons affaire à une armée chinoise très globale et expéditionnaire, prête à intervenir partout où elle estime que les intérêts de la Chine sont compromis’, avait déclaré la semaine dernière à la commission sénatoriale le contre-amiral Michael Studeman, principal officier de renseignement du commandement américain pour l’Indo-Pacifique.

La Chine devrait augmenter de 6,8% ses dépenses en matière de défense au cours de la prochaine année budgétaire. Certaines projections avancent même que la marine chinoise pourrait battre les États-Unis dans la région Indo-Pacifique d’ici 2025. Elle aura alors un avantage de trois contre un en matière de porte-avions et pourra déployer 54 navires de combat modernes dans la région.

La Chine pourrait tripler, voire quadrupler son arsenal nucléaire au cours de la prochaine décennie

Du côté américain, on s’inquiète également de la capacité nucléaire croissante de la Chine. La Defense Intelligence Agency américaine a déclaré que la Chine allait probablement ‘doubler la taille de son arsenal nucléaire’ au cours des dix prochaines années. Depuis lors, des hauts responsables du commandement stratégique américain ont prévenu que cette estimation pourrait être trop prudente et que Pékin pourrait tripler, voire quadrupler, son stock d’armes nucléaires dans ce laps de temps.

Philip Davidson a déclaré au Sénat américain que tout portait à croire que si la Chine estimait avoir un avantage militaire, elle l’utilisera. ‘Je les vois développer des systèmes, des capacités et une attitude qui pourraient indiquer qu’ils sont intéressés par une agression’, a-t-il déclaré.

Davidson a prévenu que Taïwan et Guam pourraient être les prochaines victimes de l’agression chinoise. ‘Taïwan est clairement l’une de leurs ambitions’, a-t-il déclaré. ‘Je pense que la menace sera manifeste au cours de cette décennie. En fait, au cours des six prochaines années.’

Taiwan et Guam

La démocratie taïwanaise est sous la menace constante d’une invasion par la Chine, dont les dirigeants considèrent l’île comme faisant partie de leur territoire et ont juré de la reprendre un jour. Taïwan a fait sécession de la Chine continentale à la fin d’une guerre civile en 1949. Le parti communiste chinois au pouvoir à Pékin considère l’île comme une partie de la Chine qu’il reprendra par la force si nécessaire. Les dirigeants taïwanais, ainsi qu’une majorité croissante de sa population, rejettent l’idée que Taïwan fasse partie de la Chine. Et les tensions sont encore plus vives depuis que Pékin a décidé de rompre ses relations officielles avec l’île, suite à l’élection de sa dirigeante actuelle, Tsai Ing-wen, en 2016.

Les tensions ont été encore alimentées par l’augmentation des ventes d’armes et des visites diplomatiques américaines à Taïwan au cours des derniers moments de la présidence de Donald Trump, alors que ce dernier était en conflit ouvert avec la Chine sur des questions de commerce et de sécurité nationale. En réponse, la Chine a menacé à plusieurs reprises de prendre des ‘contre-mesures’ et a intensifié ses activités militaires à l’intérieur et à proximité du détroit de Taïwan.

Quant à Guam, Philip Davidson a déclaré aux législateurs que le territoire insulaire américain ‘est déjà une cible aujourd’hui’. ‘L’armée de l’air chinoise a publié une vidéo de propagande montrant ses bombardiers H-6 attaquant la base aérienne d’Anderson à Guam, et l’a diffusée publiquement’, a-t-il averti.

La vidéo originale peut être visionnée ici: