« Les gouvernements occidentaux doivent cesser de considérer la révolution crypto comme spéculative et criminelle », avertit le célèbre économiste Mohamed El-Erian

Mohamed El-Erian, économiste et président du Queens’ College de Cambridge, estime que les gouvernements occidentaux devraient prendre plus au sérieux la « révolution crypto ». Il dit que l’Occident risque de perdre la face devant la Chine, qui développe sa propre monnaie numérique. El-Erian a également déclaré que les régulateurs devaient cesser de considérer l’industrie de la crypto comme un repère de criminels et de spéculateurs.

Pourquoi est-ce important ?

La « révolution de la cryptographie » dont parle El-Erian est encore souvent moquée. Pourtant, de plus en plus d'économistes et d'intellectuels de tous horizons reconnaissent la valeur de la technologie et de la philosophie derrière les cryptomonnaies. El-Erian est le dernier d'une liste de plus en plus impressionnante.

Les gouvernements occidentaux devraient cesser de rejeter les cryptomonnaies comme étant uniquement utiles pour les criminels et les spéculateurs en tous genres. Au lieu de cela, ils devraient embrasser le secteur. Ou risquer de perdre ses bénéfices, a développé l’économiste Mohamed El-Erian dans une chronique du Financial Times .

El-Erian, qui a été sacré quatre années de suite comme l’un des « 100 meilleurs penseurs de la planète » par la revue Foreign Policy, pense que la Chine a reconnu les opportunités offertes par la crypto et poursuit des projets qui pourraient lui permettre de dominer cette nouvelle technologie. 

Il souligne également que la blockchain devient de plus en plus importante dans le monde financier, que certains investisseurs considèrent les cryptomonnaies comme un moyen de se protéger contre l’inflation et que les paiements en cryptomonnaies deviennent de plus en plus courants.

« Il est temps que les gouvernements occidentaux cessent de considérer la révolution crypto comme un mélange de schémas de paiement illégaux et de spéculations financières imprudentes », écrit-il. « Au lieu de cela, ils devraient être plus ouverts aux (…) innovations de la cryptographie et les canaliser dans une meilleure direction (…) pour la finance, l’économie et la société en général. »

Interaction

El-Erian, qui est conseiller économique en chef de la compagnie d’assurance Allianz, a déclaré qu’il devrait y avoir un compromis entre les entreprises de l’industrie du bitcoin et les régulateurs. Par exemple, les sociétés cryptos ont besoin de meilleurs contrôles sur le blanchiment d’argent, mais les régulateurs doivent être plus ouverts d’esprit.

Le marché crypto a explosé en 2021. Cela a suscité l’intérêt d’institutions financières telles que JP Morgan et BNY Mellon; entre-temps, ils se sont également impliqués dans le commerce de crypto et les investissements dans la technologie blockchain.

Mais les régulateurs sont de plus en plus préoccupés par le marché volatil et très risqué. Il suffit de regarder du côté de Binance, la plus grande plateforme d’échange de cryptomonnaies, qui commence à céder à cette pression réglementaire croissante. Aux États-Unis, la sénatrice démocrate Elizabeth Warren a encore demandé des réglementations plus strictes cette semaine.

La Chine a interdit le minage de cryptos et les paiements , mais travaille sur une monnaie numérique de banque centrale qui présente de nombreuses similitudes.

« Excessivement polarisé »

En outre, El-Erian écrit que « le débat politique dans les économies occidentales sur la cryptographie reste trop étroit par rapport à l’importance des enjeux, et il est excessivement polarisé ».

La monnaie numérique chinoise est susceptible de traverser les frontières et de menacer le statut du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale , selon El-Erian.

A lire aussi :

Plus
Lire plus...
Marchés