Face à la pression réglementaire, Binance cède et prend des mesures

Dans le viseur des autorités de régulation du secteur financier, la plateforme d’échange de cryptomonnaies Binance courbe l’échine et prend des mesures pour arrondir les angles.

Depuis plusieurs semaines, Binance, la plus grande plateforme d’échange de cryptomonnaies, est dans le viseur de plusieurs autorités de régulation du secteur financier. Les États-Unis, le Royaume-Uni, le Japon, l’Italie, la Thaïlande, ainsi que la Belgique ont récemment fait part de leur inquiétude concernant l’absence de régulation de la plateforme. Suite à la pression des régulateurs, Binance a pris une décision radicale : les utilisateurs dont l’identité n’a pas été confirmée ne pourront retirer qu’une quantité limitée de bitcoin par jour.

« Les limites de retrait quotidiennes seront ajustées à 0,06 BTC pour les comptes qui n’ont effectué que la vérification de base. Ce changement entre en vigueur immédiatement pour les nouveaux enregistrements de compte et sera appliqué pour les utilisateurs existants par phases à partir du 4 août 2021 et jusqu’au 23 août 2021 », a indiqué Binance dans un communiqué.

En adoptant cette nouvelle politique, la plateforme tente de redorer son image auprès des régulateurs puisqu’en réduisant la limite de retrait quotidien pour les comptes peu vérifiés, Binance espère pousser ses utilisateurs à fournir plus d’informations sur leur identité et donc à renforcer leur KYC (Know Your Customer, « connaissance du client » en français).

Trois niveaux de vérification

Lorsqu’ils créent un compte sur la plateforme, les utilisateurs doivent renseigner plusieurs informations pour prouver qui ils sont. Suivant qu’ils échangent plus ou moins de grandes quantités de cryptomonnaies, le nombre d’informations demandées sera différent. Binance applique en effet un système de niveau de vérification en fonction des unités de cryptomonnaies échangées.

Les utilisateurs du niveau de base devront fournir leur nom, nationalité, date de naissance et leur adresse. Pour le niveau intermédiaire, une pièce d’identité et des photos prouvant certaines des informations fournies seront demandées. Enfin, pour le niveau avancé, des documents prouvant qu’ils habitent bien à l’adresse indiquée seront nécessaires.

Ces trois niveaux forment le KYC, un processus utilisé dans les entreprises, ainsi qu’en bourse et qui permet de vérifier l’identité d’une personne. En bourse, le KYC vise à empêcher le blanchiment d’argent, mais aussi à éviter que les personnes figurant sur liste noire réalisent des transactions.

Reste à voir si la mesure prise par Binance suffira à rassurer les autorités de régulation. Le PDG de la plateforme Changpeng Zhao, s’est en tout cas montré motivé. « Binance est prête à assister les régulateurs du monde entier et à trouver ensemble le moyen optimal d’établir des règles du jeu équitables – la protection des consommateurs est importante pour nous tous. Nous voulons créer un écosystème durable autour de la technologie blockchain », a-t-il ainsi indiqué sur Twitter, suite à l’annonce concernant la nouvelle politique sur Binance.

À lire également:

Plus
Lire plus...
Marchés