Le bitcoin est-il en train de devenir une partie du système financier qu’il était censé remplacer ?

Le bitcoin, la plus grande crypto-monnaie du monde, s’intègre peu à peu au système financier du dollar. Cependant, l’objectif du bitcoin était de remplacer la monnaie fiduciaire, écrit Felix Salmon, journaliste d’Axios, dans un billet acerbe.

Pourquoi est-ce important ?

Les crypto-monnaies sont la nouvelle technologie de choix pour les personnes qui veulent opérer en dehors de l'enchevêtrement des gouvernements. Entre-temps, les pièces numériques sont devenues si populaires que les politiciens et les régulateurs veulent les soumettre à leur influence, ou les utiliser pour aider à financer des projets ambitieux.

L’ensemble du marché des crypto-monnaies vaut désormais plus de 1 000 milliards de dollars. Les investisseurs institutionnels et les financiers veulent acheter les actifs numériques, mais ne veulent pas prendre de risques juridiques, écrit M. Salmon.

C’est pourquoi une réglementation claire des crypto-monnaies est de plus en plus souvent mise en avant. Cependant, la réglementation est à l’opposé de ce qui a motivé les créateurs des crypto-monnaies lors de leur développement.

Le rêve de Bitcoin était de créer un outil de thésaurisation qui ne serait pas touché par la main des gouvernements et des banques centrales.

« Les investisseurs en crypto-monnaies ne sont pas suffisamment protégés »

Ce rêve, entre-temps, semble bien loin. Mercredi, Gary Gensler, le président de la Commission américaine des valeurs mobilières (SEC), a envoyé une autre lettre à la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, dans laquelle il demande que la SEC ait plus d’autorité pour réglementer les crypto-monnaies.

Les investisseurs en crypto-monnaies ne seraient pas suffisamment protégés sur le marché actuel, écrit Gensler dans sa lettre. « À mon sens, nous devons donner la priorité juridique au commerce des crypto-monnaies, aux prêts de crypto-actifs et aux plateformes décentralisées. Les régulateurs feraiet bien de réglementer ces choses et d’installer un frein à main sur les prêts et les échanges de cryptomonnaies », conclut M. Gensler. Lui et Warren sont tous deux de fervents défenseurs de règles claires pour les monnaies numériques.

La Maison Blanche a également soutenu cette semaine l’adoption d’une loi sur la fiscalité des crypto-monnaies qui oblige les détenteurs de crypto-monnaies, les sociétés minières et les développeurs de blockchain à déclarer leurs revenus aux autorités fiscales. Par cette loi, le gouvernement fédéral américain veut lever plusieurs milliards de dollars pour des projets d’infrastructure.

La fin d’un paradis anarcho-libertaire

Mais ça aurait pu être pire. Les gouvernements auraient pu se retourner entièrement contre les crypto-monnaies, comme la Chine l’a fait de facto pour garantir l’utilisation de son propre yuan numérique.

Les bitcoiners ont un jour rêvé de la possibilité que les monnaies numériques puissent continuer à prospérer sous le règne négligent des gouvernements. Bien que la fraude doive être punie, ils voulaient simplement qu’on les laisse tranquilles.

Ces jours sont maintenant révolus pour toujours. Le paradis anarcho-libertaire des crypto-monnaies a pris fin. « Les crypto-monnaies semblent désormais être absorbées par le système financier actuel, régulées comme n’importe quel autre produit financier », conclut Salmon.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés