« Les monnaies numériques des banques centrales ont été conçues en enfer par Satan lui-même »

Rich Checkan, PDG d’Asset Strategies International (ASI), considère que les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) sont « la progéniture de Satan ». Il pense également que le bitcoin est un actif spéculatif et qu’il ne constitue toujours pas une alternative aux monnaies ordinaires.

Pourquoi est-ce important ?

Les monnaies numériques des banques centrales, parfois appelées "govcoins" ou "CBDC", arrivent. Elles visent à être une alternative aux cryptomonnaies et aux monnaies numériques que les Facebook et Amazon de ce monde sont en train de développer. Cependant, leur arrivée se heurte à la résistance des investisseurs en crypto et autres actifs. Une critique fréquemment formulée est que les CBDC porteraient atteinte à la vie privée.
  • Dans une interview accordée à la chaîne d’information économique Kitco News, M. Checkan a décrit les CBDC comme un produit « conçu en enfer par Satan lui-même », rapporte le Cointelegraph.
  • Il a abordé la menace que représentent les CBDC pour la vie privée des individus. Il a fait remarquer que celles-ci permettent à l’État de surveiller chaque transaction que vous effectuez et de suivre votre vie entière.
    • Il a affirmé que ces CBDC donneront aux gouvernements un contrôle incroyable « sur les comptes bancaires de chacun », ce qui entraînera une invasion de la vie privée de chaque citoyen.

Bitcoin

Au cours de l’interview, il a également été demandé à M. Checkan s’il pensait que le bitcoin était une menace pour les monnaies fiduciaires et les CBDC. Il a répondu qu’il était trop tôt pour se prononcer, car il pense que le bitcoin s’est jusqu’à présent comporté comme un actif spéculatif: il n’a pas encore été suffisamment testé en tant que monnaie pour devenir une menace pour le dollar.

« Ce n’est pas une menace, l’une des options pour le bitcoin est d’être une forme de monnaie, mais il n’y a pas d’adoption généralisée […] donc nous n’avons pas encore vraiment testé ce modèle. C’est pourquoi je pense que c’est en partie une valeur spéculative », a-t-il déclaré.

« Je pense qu’il devrait être utilisé davantage. Nous verrons ensuite, si cela devient une menace, ce que le gouvernement sera capable de faire pour conserver sa position de pouvoir », a-t-il ajouté.

De la place pour les deux

Contrairement à d’autres personnalités du secteur des métaux précieux, qui sont souvent pro-or et anti-crypto, M. Checkan a déclaré qu’il y avait de la place pour les deux, car il pense que chacun remplit une « fonction différente pour votre portefeuille ».

M. Checkan considère l’or comme une réserve de valeur et préconise d’allouer 10% des portefeuilles à cet actif. Il considère le bitcoin comme un actif spéculatif qui pourrait devenir une réserve de valeur à l’avenir et suggère une allocation de 1 à 2%, avec des retraits réguliers pour économiser les bénéfices.

Les États-Unis accusent un retard dans l’adoption des CBDC par rapport à la Chine, qui a déjà procédé à des essais à grande échelle du yuan numérique. Toutefois, la Réserve fédérale est très favorable à cette idée et examine actuellement les risques et les avantages de l’introduction d’une CBDC. De son côté, la BCE a récemment donné le feu vert à un euro numérique.

Fondée en 1982, ASI négocie des actifs alternatifs tels que les devises étrangères, les pièces d’or américaines d’avant 1933 et les métaux précieux, et propose également une plateforme de négociation pour ces derniers.

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés