La volte-face de l’Allemagne : investissements militaires massifs et prolongation des centrales nucléaires sur la table

Dimanche, le chancelier allemand Olaf Scholz a prononcé au Bundestag un discours beaucoup plus pragmatique que les discours de guerre incohérents du président russe Vladimir Poutine. M. Scholz a annoncé des changements radicaux dans la politique énergétique et de défense de l’Allemagne et a été ovationné pour cela.

La guerre en Ukraine provoque une multitude de changements géopolitiques à une vitesse vertigineuse. Au cours des dernières 48 heures, toutes sortes de scénarios qui semblaient presque impensables quelques jours auparavant se sont déclenchés les uns après les autres. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, a annoncé qu’elle voulait faire entrer l’Ukraine dans l’UE ; la Russie a mis ses armes nucléaires en état d’alerte, et les États membres de l’Union ont ouvertement fourni des armes aux Ukrainiens. La Suède, en particulier, s’est distinguée, car elle n’avait pas armé un autre pays depuis l’invasion soviétique de la Finlande en 1939.

Mais la volte-face de l’Allemagne est peut-être encore plus abrupte. Le chancelier Olaf Scholz a parlé d’un « Zeitenwende », ou tournant, dans l’attitude de l’Allemagne et de l’UE. Dans un discours déjà historique de Scholz, le chancelier a déclaré dimanche au Bundestag que les États membres de l’UE ne permettront pas à Poutine de revenir en arrière. Une référence claire au discours de guerre prononcé par Poutine la semaine dernière, dans lequel il faisait référence au territoire historique de la Russie, auquel l’Ukraine est censée appartenir en partie. « Cela demande de la force. Nous voulons et nous allons garantir notre liberté, notre démocratie et notre prospérité », a déclaré clairement M. Scholz.

Scholz a annoncé un investissement immédiat de 100 milliards d’euros dans l’armée allemande. L’Allemagne injectera également 2 % de son PIB dans la défense chaque année à partir de maintenant. Des applaudissements massifs ont résonné dans le parlement avant même que Scholz n’ait terminé de parler.

L’énergie nucléaire est-elle à nouveau sur la table en Allemagne ?

L’Allemagne envisage également de prolonger l’exploitation de ses dernières centrales nucléaires afin de sécuriser l’approvisionnement énergétique du pays. Celui-ci compte encore trois centrales nucléaires en activité, qui seront fermées d’ici 2022. L’Allemagne dépend de la Russie pour plus de la moitié de ses approvisionnements en gaz naturel et le conflit en Ukraine a déjà mis un frein à l’approbation par la Russie du gazoduc Nord Stream 2.

Le ministre fédéral allemand de l’économie et du climat, Robert Habeck, ne semble toutefois pas très enthousiaste à l’idée que les centrales nucléaires puissent continuer à fonctionner en Allemagne. M. Habeck a déclaré qu’il ne rejetterait pas une prolongation des centrales nucléaires « pour des raisons idéologiques », mais a répété que, selon des recherches antérieures, cela n’aiderait pas l’Allemagne à long terme.

« Les préparatifs de l’arrêt étant très avancés, les centrales nucléaires ne peuvent continuer à fonctionner qu’avec les plus grandes inquiétudes en matière de sécurité et des stocks de combustible non encore sécurisés. Et ce n’est certainement pas ce que nous voulons », ajoute M. Habeck.

Dans l’intervalle, l’Allemagne étudiera également la possibilité de maintenir les centrales électriques au charbon et d’augmenter ses approvisionnements en gaz naturel. À cette fin, l’Allemagne construit deux terminaux pour l’importation de gaz naturel liquéfié (GNL). Les terminaux seront construits à Brunsbuettel et Wilhelmshaven.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20