La Suède entame un nouveau chapitre politique, à cause de l’explosion de la criminalité des gangs et de l’immigration massive

En Suède, le bloc de gauche de la Première ministre Magdalena Andersson a subi une défaite lors des élections de la semaine dernière, dont les résultats sont maintenant définitifs. En réponse, celle-ci a démissionné. Le bloc de droite, composé du Sverigedemokraterna (Démocrates suédois ou SD), du Moderata samlingspartiet (Parti de l’Union modérée ou M), du Kristdemokraterna (Démocrates chrétiens ou KD) et du Liberalerna (Libéraux ou L) a remporté 176 sièges, soit trois de plus que le bloc qui soutenait le gouvernement sortant.

« Notre ligne rouge est que nous ne formerons pas un gouvernement avec les Démocrates suédois », a déclaré l’eurodéputé Tomas Tobé du Parti de l’Union Modérée. Auparavant, il avait également souligné que le Sverigedemokraterna (SD), qui a obtenu plus de voix que son propre parti, avait « changé de politique ». « Ils ne sont pas contre l’adhésion à l’Europe ou à l’OTAN », a-t-il déclaré, confirmant immédiatement aussi la volonté de son parti de coopérer avec le SD au Parlement suédois, énumérant l’immigration, l’économie ou l’énergie comme des sujets possibles sur lesquels travailler ensemble.

Ulf Kristersson, le leader du parti de l’Union modérée, est en passe de devenir le nouveau premier ministre de la Suède, bien que son parti ait perdu du terrain.

Dans The Spectator, la commentatrice politique suédoise Paulina Neuding explique que les Démocrates suédois (SD) « sont souvent décrits comme « néo-fascistes » ou « d’extrême droite ». Leurs racines sont en effet plus problématiques que celles de nombreux partis anti-establishment en Europe, car ils sont issus d’un mouvement véritablement extrémiste. Toutefois, leur programme ne peut être qualifié d’extrême droite. De plus, ils avaient un gros avantage : pendant des années, ils ont été le seul parti à critiquer la politique d’immigration de la Suède. Il n’est pas raciste, ont-ils toujours affirmé, de discuter de ce qui ne va pas, et cette opinion est de plus en plus partagée.

Pendant la majeure partie de la dernière décennie, alors que les crimes par armes à feu et les attaques à la grenade liés aux gangs se multipliaient en Suède, le SD a eu un quasi-monopole sur la question la plus brûlante du pays. Il n’est donc pas vraiment surprenant qu’ils soient aujourd’hui le deuxième parti de Suède, avec 21 % des voix, et qu’ils constituent le mouvement de ce type le plus populaire en Europe.

M. Neuding souligne que si les SD peuvent désormais soutenir un gouvernement minoritaire, ils resteront très probablement méfiants :

« S’ils peuvent maintenant prêter leurs voix à une coalition dirigée par Kristersson, il est loin d’être certain qu’ils voudront l’aider à gouverner. (…) Après tout, pour la première fois, ils seraient tenus pour responsables par les électeurs de tout ce à quoi ils s’opposent : migration incontrôlée, fusillades, attentats à la bombe. Ce n’est pas le genre de problèmes qui peuvent être réglés au cours d’un mandat de quatre ans – et le SD s’est longtemps positionné en tant qu’outsider. »

Un changement important pourrait être que le nouveau gouvernement suédois soutient l’approche politique danoise et britannique visant à « externaliser » la procédure d’accueil, ce qui oblige les demandeurs d’asile qui tentent de rejoindre l’Europe de manière irrégulière à déposer leur demande en dehors du territoire des pays européens. La semaine dernière encore, le Danemark a conclu un accord avec le Rwanda sur cette politique, que le SD soutient pleinement.

Le succès des Démocrates suédois

M. Neuding explique en outre que le succès de SD est dû à l’explosion de la criminalité des gangs en Suède, qui est liée à l’immigration massive :

« Pour la première fois dans une élection, la criminalité est apparue comme la première priorité des électeurs. Il fallait s’y attendre, la Suède ayant le taux le plus élevé de meurtres à main armée en Europe et une épidémie d’attaques à la bombe sans équivalent ni précédent ailleurs en Occident.

Depuis la dernière année électorale, 2018, il y a eu près de 500 attentats à la bombe (y compris des grenades à main) et des histoires interminables de meurtres commis par des gangs. Des enfants ont été pris entre deux feux. Les fusillades font partie intégrante de la vie suédoise et le système ne peut y faire face. (…)

Au moins deux bombes ont explosé au cours de la semaine précédant les élections, et une autre a été découverte lors d’un festival de musique à Stockholm. La police suédoise n’est pas formée pour ce genre de problème. Ils ont affaire à une société dans une société, qu’ils ont du mal à pénétrer.

La police affirme qu’il existe désormais au moins 60 quartiers à population majoritairement immigrée sur lesquels elle n’a que peu de contrôle. Quelque 300 agents ont été blessés lors des émeutes de masse qui ont éclaté dans ces quartiers au printemps, et le chef de la police suédoise a mis en garde contre une « brutalité que nous n’avions jamais vue auparavant ».

Dans ce contexte, la montée du nouveau parti islamiste « Nyans », qui a obtenu entre 15 et 25 % dans les zones comptant de nombreux immigrés et même 30,9 % dans le quartier de Rosengård à Malmö, où le célèbre footballeur suédois Zlatan Ibrahimović a grandi, est également inquiétante.

Le gouvernement de gauche sortant a peut-être fait de la sécurité et de la criminalité organisée ses priorités, mais, comme le montrent les résultats des élections, en vain.

SD n’est pas seulement un parti de Suédois « de souche ». 12 % des électeurs d’origine non-européenne ont voté pour les Démocrates suédois, ce qui en fait le troisième choix le plus populaire pour eux. Parmi les jeunes électeurs – moins de 30 ans – le parti s’est également classé troisième, avec 18 % de ces électeurs, tandis qu’il est devenu le deuxième parti le plus populaire parmi les travailleurs, avec 29 %.

La Suède connaît également de grandes préoccupations en matière d’énergie. Selon Charlie Weimers, un éminent député européen SD, la fermeture de quatre réacteurs nucléaires par le gouvernement suédois a donc joué un rôle majeur dans la défaite de la coalition au pouvoir.

Un discours public suédois de plus en plus eurosceptique

Un sentiment de plus en plus eurosceptique est également perceptible dans le discours public suédois. En Suède et au Danemark, les syndicats et les partis de gauche se sont vivement opposés à la nouvelle directive européenne sur le salaire minimum, y voyant une menace pour leur modèle de marché du travail, dans lequel les syndicats et les employeurs négocient directement entre eux les conditions de travail, sans grande intervention de l’État. En janvier, Torbjörn Johansson, secrétaire de négociation de la Confédération suédoise des syndicats (LO), a qualifié la directive européenne, qui a depuis été adoptée par le Parlement européen et a finalement été soutenue par le gouvernement suédois, de « menace extérieure la plus grave des temps modernes » pour le modèle suédois de négociation collective.

Les tentatives de l’UE d’influencer la politique forestière nationale sont également considérées comme problématiques dans le Nord. À cet égard, l’eurodéputé Charlie Weimers se plaint que « malgré l’absence de dispositions dans les traités de l’UE pour une politique forestière commune, l’UE a progressivement augmenté ses pouvoirs dans ce domaine politique depuis qu’un arrêt de 1999 de la Cour de justice de l’Union européenne a reconnu la compétence de l’UE pour les mesures environnementales dans les forêts. »

Pour sa part, le Dr Björn Hägglund, universitaire suédois et ancien directeur général de l’Agence suédoise des forêts, a averti que « la Commission européenne s’est trompée dans sa stratégie forestière » : il pense que cela aura « des conséquences négatives pour la foresterie nordique », notamment parce que « la Commission semble préconiser une foresterie de continuité, sans coupe de régénération (où la majeure partie d’une forêt est coupée lorsque la plupart des arbres sont matures), ignorant la biologie complexe des forêts nordiques ». Il explique que « ce modèle a été largement appliqué en Suède de 1920 à 1950 environ. … Cependant, le résultat a été catastrophique. Les arbres restants n’ont pas été en mesure de former de nouvelles zones forestières productives et, à la place, de vastes zones faiblement couvertes, principalement d’épicéas et de bouleaux, sont apparues. »

Il y a deux ans, la décision de l’Union européenne de créer un Fonds européen pour la relance économique, doté de 800 milliards d’euros et financé conjointement par l’UE – depuis lors en proie à des histoires de manque de transparence sur la façon dont tout cet argent est dépensé -, a suscité un vif intérêt en Suède, pays qui n’appartient pas à la zone euro et échappe donc largement aux transferts financiers. Dans la foulée, le rédacteur politique du quotidien suédois à grand tirage Expressen a même évoqué la perspective d’une sortie de la Suède de l’UE en raison de la création de ce « fonds de relance », écrivant : « Bientôt, la Suède devra faire un choix quant à son [adhésion] à l’UE ».

À l’instar du débat sur le Brexit au Royaume-Uni, les associations industrielles suédoises sont également de plus en plus critiques à l’égard de l’UE. En juin, l’économiste en chef de l’Association des industries mécaniques suédoises a déclaré que « l’UE risque de s’éloigner du libre-échange et de s’orienter vers une plus grande ingérence politique et gouvernementale ». Cela a un effet négatif sur la compétitivité suédoise », citant le départ du Royaume-Uni comme une raison de cette évolution. Il a ajouté : « Il serait contreproductif et regrettable que, pour faire face à la concurrence mondiale croissante, l’UE tente de copier le modèle de croissance chinois. »

Une analyse similaire a été faite par Stefan Sagebro, un expert de la Fédération suédoise des employeurs, qui a critiqué la nouvelle législation européenne sur les semi-conducteurs comme suit : « Personne ne s’est demandé si l’UE pouvait faire face à la concurrence mondiale croissante : personne ne s’est demandé s’il était vraiment bon de lancer une production à grande échelle ici en Europe et si cela nous protégeait vraiment des pénuries à l’avenir. »

En Suède, au moins, un nouveau chapitre politique s’ouvre maintenant.


L’auteur Pieter Cleppe est rédacteur en chef de BrusselsReport, un site web consacré à l’actualité et à l’analyse de la politique européenne.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20