La plus grande source de propagande russe n’est pas le Kremlin, mais un Américain

La machine de propagande de Poutine tourne à plein régime. Mais la source la plus puissante de la propagande pro-russe n’est pas le régime de Poutine. Il s’agit du faiseur d’opinion le plus populaire de la télévision américaine : Tucker Carlson de Fox News.

L’impact de Fox News aux États-Unis peut difficilement être surestimé. Les chiffres ne mentent jamais. Fox est la baleine des médias conservateurs américains. La chaîne n’est pas seulement le leader de l’information par câble, elle est aussi le plus grand média conservateur par un facteur de 10. En ligne, son audience est si importante que son trafic web est presque le double de celui des 19 sites de droite suivants réunis. Mais le fait que son faiseur d’opinion le plus populaire, Tucker Carlson, continue d’apparaître sur la télévision d’État russe en pleine guerre donne un nouvel éclairage à la situation.

Carlson a lancé une attaque contre le Pentagone le 10 mars. Selon ses sources, les États-Unis mentiraient sur l’existence de bio-laboratoires en Ukraine, où ils développeraient des armes chimiques.

« Si vous nous aviez dit il y a seulement quatre jours que l’administration Biden finançait des laboratoires biologiques secrets en Ukraine, nous ne vous aurions pas cru », a déclaré M. Carlson. 

La collègue de Fox Jennifer Griffin a rejeté les allégations

Le célèbre présentateur de télévision a obtenu cette information d’un fact-checker du journal USA Today. Le 25 février, le journal a écrit que « la Russie et la Chine ont travaillé ensemble pour renforcer encore la fausse allégation concernant les laboratoires américains en Ukraine ». Selon Carlson, l’objectif était d’apporter la preuve que ces laboratoires n’existaient pas. Jusqu’à ce que la correspondante de Fox News Jennifer Griffin – l’une des rares voix non extrémistes dont dispose encore la chaîne – vienne démentir les affirmations de Carlson.

Le « Cooperative Threat Reduction Program » est tout sauf secret

Griffin a raconté ce que tout journaliste documenté pourrait découvrir. Pendant des décennies, les États-Unis ont travaillé avec les anciens pays soviétiques pour sécuriser les armes et les matériaux biologiques. Ce programme – Cooperative Threat Reduction Program (Programme coopératif de réduction des menaces) – est tout sauf secret et est en place depuis 1991. Depuis sa création, le Pentagone a dépensé environ 12 milliards de dollars pour sécuriser les matériaux utilisés pour les armes de destruction massive dans les républiques post-soviétiques. 

La Russie elle-même a participé au programme. Le Pentagone « a dépensé un milliard de dollars pour construire une installation pour les Russes à Shchuchche (Sibérie) afin de démilitariser quelque deux millions d’armes chimiques ». Ce projet a été achevé en 2009. En 2012, alors que les relations avec les États-Unis se détérioraient, la Russie a mis fin à la coopération.

L’Ukraine a demandé de l’aide après le 11 septembre 2001

Le programme a été étendu à l’Ukraine après les attentats du 11 septembre, lorsque « les responsables politiques américains se sont inquiétés de la possibilité que des terroristes volent du matériel biologique ». L’Ukraine avait demandé de l’aide parce qu’elle « ne dispose pas des ressources nécessaires pour sécuriser ses installations biologiques ». 

Andrew Weber, un ancien fonctionnaire du Pentagone, « a réuni une équipe qui a visité les installations biologiques et chimiques de l’Ukraine ». Weber a découvert que plusieurs sites possédaient des « collections de pathogènes dangereux datant de l’époque soviétique ». Le travail des États-Unis en Ukraine « visait à consolider ce matériel biologique… dans des installations sécurisées, pour la construction ou l’amélioration desquelles les États-Unis paieraient. »

La Russie a maintenant utilisé l’existence de ces installations pour affirmer à tort que les États-Unis coopéraient avec l’Ukraine dans le cadre d’un programme infâme de fabrication d’armes biologiques. Carlson a habilement transmis cette désinformation à son public de millions de personnes. 

Trop bon pour que la machine de propagande russe ne saute pas sur l’occasion. Avant même sa tirade sur les biolabs, le gouvernement russe a compris la valeur de la désinformation diffusée par Carlson. Ces « fake news » sont beaucoup plus puissantes lorsqu’un Américain à l’audience massive les diffuse.

Tucker Carlson. Foto: AP Photo/Richard Drew

Kremlin : « Diffusez autant d’extraits de Tucker Carlson que possible »

Le média de gauche Mother Jones a ensuite obtenu un mémo du Kremlin daté du 3 mars. Dans ce document, les médias d’État ont pour instruction de diffuser autant de clips de Tucker Carlson que possible :

« Il est essentiel d’utiliser autant d’extraits que possible des émissions du populaire présentateur de Fox News, Tucker Carlson, qui critique vivement les actions des États-Unis [et] de l’OTAN, leur rôle négatif dans le déclenchement du conflit en Ukraine, [et] le comportement provocateur des dirigeants des pays occidentaux et de l’OTAN envers la Fédération de Russie et envers le président Poutine personnellement. »

Le gouvernement russe a également fait l’éloge de la couverture de l’invasion de l’Ukraine par Fox News. « Seule Fox News essaie encore de présenter des points de vue alternatifs », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le 18 mars.

L’Américain de la rue finance désormais la propagande pro-russe sur l’Ukraine

Pendant ce temps, l’Américain Joe Sixpack (nom donné à l’individu lambda) finance la propagande pro-russe sur l’Ukraine. Carlson est si controversé que peu d’entreprises veulent associer leur nom à son programme. Mais Fox News ne dépend pas de la publicité. La chaîne tire la majeure partie de ses revenus des frais facturés aux abonnés du câble, les fameux « carriage fees ». 

Fox News n’est pas une chaîne d’information, c’est une machine à fric. En 2020, Fox News a gagné 1,6 milliard de dollars grâce aux abonnements et 1,2 milliard de dollars grâce à la publicité. Bien entendu, les autres diffuseurs perçoivent également des droits d’abonnement pour leur contenu. Mais Fox News a négocié des honoraires bien plus élevés que ceux des autres programmes.

Maintenant que le présentateur le plus regardé de la chaîne est devenu un vecteur de propagande pro-russe, des voix s’élèvent pour demander que le financement de la télévision par câble soit reconsidéré.

Le clip ci-dessus montre clairement que ce présentateur n’hésite pas à mentir. En 2019, Carlson déclare que dans le conflit entre l’Ukraine et la Russie, il se range du côté de la Russie. Trois ans plus tard, il se demande qui soutient Poutine. « Je n’ai vu personne faire ça », dit-il.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20