La Hongrie devient le premier pays de l’UE à approuver le vaccin chinois Sinopharm

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban (Isopix)

Le régulateur hongrois des médicaments a approuvé ce vendredi le vaccin chinois de Sinopharm. La semaine dernière, le pays avait également donné son accord pour le vaccin russe Spoutnik V. Le chef du gouvernement Viktor Orban casse à nouveau un peu plus les liens avec l’Union européenne, qui n’en a approuvé aucun des deux.

La Hongrie a décidé de dépasser le cadre stricte de l’Union européenne pour se fournir en vaccins. Jeudi, le Premier ministre a même déclaré qu’il approuverait ‘tout vaccin qui avait déjà été administré à au moins un million de personnes’, explique le journal Deutsche Welle.

Ce vendredi, l’Autorité hongroise des médicaments a approuvé le vaccin Sinopharm. La Hongrie est donc devenue le premier pays de l’UE à adopter ce produit. ‘Les Chinois connaissent ce virus depuis le plus longtemps, donc ils en savent probablement le plus à ce sujet, donc j’attendrai mon tour et quand je choisirai, je voudrai le vaccin chinois’, aurait déclaré Orban à l’annonce de cette approbation.

La semaine dernière, le pays a autorisé le vaccin russe Spoutnik V. Ces deux vaccins n’ont pourtant pas été encore étudiés par l’Agence européenne des médicaments (EMA). Alors que tous les pays de l’Union européenne suivent les directions de l’EMA, la Hongrie a bien décidé de faire bande à part.

Cet ex-pays de l’URSS devraient signer un accord avec le groupe chinois ce samedi pour une première livraison d’un million de doses. La Serbie, pays voisin de la Hongrie, mais non membre de l’UE, a reçu la semaine dernière un million de doses du vaccin Sinophram.

Que dit l’UE ?

L’Union européenne n’a pas d’accord avec Sinophram et aucune demande d’autorisation n’a encore été rendue publique. Toutefois, la Hongrie n’est pas obligée de suivre l’UE dans son programme de vaccination. Il n’est donc pas interdit qu’un pays européen commande lui-même les doses et approuve seul un vaccin qu’il juge valable. Le seul problème que les personnes vaccinées avec le produit de Sinopharm pourraient connaitre est l’absence de reconnaissance dans les autres pays du bloc. Comme le vaccin n’est pas jugé comme sûr par la Commission européenne, un certificat de vaccination n’aura aucune validité dans les autres pays européens, explique Euractiv.

Sinopharm a annoncé une efficacité de 79% à la fin de décembre. C’est un chiffre bien faible par rapport aux vaccins de Pfizer ou Moderna qui ont déjà été approuvés par l’EMA. Mais il est plus efficace que celui d’AstraZeneca, également accepté par l’UE.