La FGTB se braque: son président Robert Vertenueil devrait passer à la trappe

Daina Le Lardic / Isopix

Le journal Le Soir a pu prendre le pouls d’une réunion des instances de la FGTB ce lundi soir. Le départ de Robert Verneteuil ne semble qu’une question de temps: il avait donné une interview commune avec le président du MR, ce qui n’avait pas du tout été apprécié en interne.

Une interview accordée aux journaux de Sudpresse et du Soir a fait du bruit. Dedans, une volonté de dialoguer entre les présidents de deux institutions qui ne s’échangent pas souvent des mots doux: le MR et la FGTB, Georges-Louis Bouchez et Robert Verneteuil. Ils appelaient tous deux à négocier un ‘nouveau pacte social’.

Très vite, les remous se font sentir en interne du côté syndical. Une trahison ? Robert Verneteuil n’a pas consulté sa base. Cette sortie n’est pas ce qu’on attend d’un président de la FGTB, fustigent certains.

À gauche toute !

Le PTB réagit à son tour. Le parti à gauche du Parti socialiste est souvent accusé de phagocyter le syndicat, un temps acquis à son voisin. L’enjeu est là: où se situe la FGTB sur le spectre politique ? Robert Verneteuil aurait fait preuve d’un recentrage indésirable.

Du côté du MR, par contre, le président des libéraux était gagnant quoiqu’il arrive: il a fait preuve d’ouverture tout en réveillant une querelle qui existe depuis un certain temps.

Tiens, tiens, selon Le Soir, le remplaçant du ‘fautif’ est déjà trouvé: Thierry Bodson, bien ancré à gauche, et qui n’a jamais sa langue dans sa poche pour tacler les politiques de droite. Le recentrage de l’instance syndical aura été éphémère.