La durée de l’immunité contre le Covid-19 ‘varie de 35 jours à 40 ans’, et c’est un gros problème pour atteindre une immunité de groupe

CHINE NOUVELLE/SIPA/Isopix

L’immunité contre le Covid-19 peut durer seulement 35 jours chez certaines personnes. D’autres, par contre, sont protégées pendant 4 décennies. C’est ce qu’ont découvert des scientifiques de Singapour. Ils ont utilisé des algorithmes pour mesurer la durée de l’immunité dans le temps.

‘Cela annihile, de fait, la possibilité d’une immunité de groupe’, a déclaré le professeur Wang Lin-fa, auteur de l’étude. Il l’explique dans un article du journal singapourien The Straits Times. L’immunité de groupe est impossible, car certaines personnes rétablies du Covid-19 pourraient être infectées encore et encore.

Le professeur Wang, qui fait partie du programme des maladies infectieuses émergentes à la Duke-NUS Medical School, estime qu’une vaccination annuelle contre le coronavirus sera donc nécessaire. ‘En supposant que l’immunité fournie par les vaccinations diminue comme le font les anticorps naturellement produits.’

La diminution des anticorps

Mais l’étude montre également que la diminution des anticorps ne signifie pas toujours une baisse de l’immunité. Les personnes ayant un faible taux d’anticorps neutralisants peuvent donc être protégées. Comment est-ce possible ?

Car l’immunité se base également sur d’autres parties de notre corps, et en particulier, les lymphocytes T et B. ‘Les lymphocytes T sont une partie aussi cruciale de notre système immunitaire que les anticorps.’

Ces cellules ont pour but d’éliminer les cellules étrangères ou endommagées du corps. Elles s’attaquent alors aux vieilles cellules ou à celles infectées par le virus. Car les lymphocytes peuvent également se souvenir d’infections antérieures. De plus en plus de scientifiques commencent donc à voir leur importance dans le combat médical contre le Covid-19. Selon l’étude singapourienne, si une personne possède de nombreux lymphocytes T et très peu d’anticorps, elle restera protégée contre le coronavirus.

Singapour

L’étude du professeur Wang a suivi 164 personnes pendant au moins 6 mois après leur infection. Régulièrement, les chercheurs analysaient leur niveau d’anticorps dans le sang.

Ils ont constaté que chez certaines personnes, le nombre d’anticorps diminuait très rapidement. Pour d’autres patients, ce taux diminuait beaucoup plus lentement. Et certains conservaient le même niveau tout au long de l’étude.

En général, plus une personne avait été malade lorsqu’elle avait été infectée par le Covid-19, plus son taux d’anticorps était susceptible de rester stable. Ceux qui n’avaient eu que peu de symptômes voyaient leurs anticorps baisser en flèche.

À l’aide d’un algorithme à apprentissage automatique, les scientifiques ont pu déduire que la durée de vie des anticorps variait donc très fortement. On parle tout de même d’un écart allant de 35 jours à plus de 40 ans.

Prédiction au niveau individuel

Selon Wang, il n’est donc possible de connaitre la durée de vie d’une immunité qu’en procédant au cas par cas. Pour ce faire, trois points de données sont nécessaires.

‘Nous devons prélever des échantillons de sang pendant l’infection, trois mois après l’infection et six mois après. Nous pouvons alors prédire pendant combien de mois ou d’années vous serez protégés contre le Covid-19.’

Sur le même sujet: