La double boulette embarrassante de Donald Trump à Davos

Isopix

Donald Trump a commencé par confondre son interlocuteur, le président du Kurdistan irakien, avec un représentant des Kurdes de Syrie, avant de contredire le Pentagone sur la raison de la présence militaire américaine dans ce pays.

Au forum économique de Davos, les rencontres ont coutume de s’enchainer, peut-être un peu trop pour Donald Trump. Le président américain y a rencontré mercredi Netchirvan Barzani, le président du Kurdistan irakien.

‘Comme vous le savez, nous avons quitté la Syrie… et ça a très bien marché avec la Turquie. Ça a marché bien mieux que prévu. Ils ont ce que l’on appelle une zone sécurisée, et j’apprécie toute ce que vous avez fait pour sécuriser cette zone autant que possible’, lui a déclaré le président américain, dont les propos ont été repris par le site de Slate.

Problème: son interlocuteur n’est pas syrien et le Kurdistan irakien qu’il dirige n’était pas impliqué dans la mise en place de la zone sécurisée évoquée par Trump, à la frontière entre la Syrie et la Turquie. Le président américain semble donc avoir confondu les Kurdes d’Irak et les Kurdes de Syrie, qui sont deux populations différentes.

Soyons de bon compte, d’autres auraient pu commettre une telle boulette… Mais tout le monde n’est pas le président de la première puissance mondiale.

Du pétrole, quel pétrole?

Donald Trump a poursuivi en déclarant: ‘Mais comme vous le savez, nous avons le pétrole, ce qui est très important. Nous avons laissé des soldats pour le pétrole parce que nous avons le pétrole et nous travaillons à cela. Nous l’avons bien sécurisé.’

Deuxième problème: le Pentagone a nié le fait que les soldats américains soient là pour le pétrole syrien…

Et pour couronner le tout, Donald Trump n’a pas été aidé par son équipe qui a pour sa part commis une erreur sur la chaîne YouTube officielle de la Maison-Blanche, confondant Iran et Irak…