La Corée du Nord multiplie les démonstrations de force : un nouveau missile tiré

Une semaine seulement après le tir d’essai d’un missile hypersonique, la Corée du Nord a procédé à un nouveau lancement, prévient la Corée du Sud. Il s’agissait vraisemblablement d’un missile balistique cette fois.

Le projectile a été tiré en direction de la mer située à l’est de la péninsule coréenne, ont rapporté plusieurs responsables de l’armée sud-coréenne dans un communiqué. Une version corroborée par le Premier ministre japonais, Fumio Kishida ; « un objet qui pourrait être un missile balistique » a été lancé depuis la Corée du Nord.

« Il est profondément regrettable que la Corée du Nord continue à lancer des missiles », a commenté M. Kishida à des journalistes.

Un acte politique

Ce tir intervient une semaine après celui d’un (soi-disant) missile hypersonique, mais il a surtout été réalisé au moment même où une réunion à huis clos du Conseil de sécurité des Nations unies avait lieu pour discuter de ce tir de missile, rapporte l’AFP. Le moment choisi pour ce tir n’avait rien d’anodin et ne relevait pas d’une coïncidence, d’après plusieurs experts.

« Le lancement a des motivations politiques et militaires », a affirmé Shin Beom-Chul, chercheur à l’Institut coréen de recherches sur la stratégie nationale, à l’AFP. « La Corée du Nord poursuit ses essais pour diversifier son arsenal nucléaire, mais elle a planifié le tir le jour de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU pour maximiser son impact politique », a-t-il ajouté.

Des appels internationaux sans réponse

Quelques heures plus tôt, la Corée du Nord avait été exhortée de cesser ses « actions déstabilisatrices » par plusieurs pays, dont les États-Unis et le Japon. La dernière demande de pourparlers de Washington est restée sans réponse. La France, le Royaume-Uni, l’Irlande et l’Albanie ont rejoint l’appel, demandant à la Corée du Nord de « s’abstenir de toute nouvelle action déstabilisatrice (…) et d’engager un dialogue constructif vers notre objectif commun de dénucléarisation complète », rapporte l’AFP.

En septembre dernier, Pyongyang avait déjà répondu aux appels internationaux concernant ses tests de missiles en revendiquant son « droit légitime » à tester des armes.

Malgré une situation économique au plus mal, la Corée du Nord a réalisé des progrès significatifs en matière d’armement. Le pays est doté de l’arme nucléaire, ce qui effraie de nombreuses nations. Sa nouvelle capacité à envoyer des missiles hypersoniques inquiète également, mais la Corée du Sud doute que Pyongyang soit réellement capable d’envoyer de tels missiles. Cela ne l’empêche pas de réaliser plusieurs tests d’essai.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20