La Belgique va tester son application de tracing à partir de juillet

Isopix

Notre pays souhaite lancer l’application de suivi contre le covid-19 au début des vacances d’été afin d’avoir une meilleure vue sur les contacts d’une personne infectée.

Le ministre Philippe De Backer a annoncé fin avril qu’une application de tracing allait être développée en Belgique, bien qu’actuellement, le pays fonctionne avec un système de call center. Le groupe de travail inter-fédéral dirigé par le professeur Bart Preneel de la KU Leuven présentera la technologie ce mercredi. ‘Début juillet, vous pourrez passer aux tests en direct’, a déclaré Preneel au journal De Tijd.

Le cadre juridique qui entourera cette application devrait aussi bientôt passer devant le Parlement. Les entités fédérées devront ensuite l’approuver. Car ce sont les Régions qui décideront finalement si elles développent la technologie sur leur territoire ou non.

Bluethoot

Preneel va réutiliser le code développé avec le consortium européen. L’application fonctionnera avec la technologie Bluethoot présente sur tous les smartphones. Et toutes les données resteront sur le téléphone. Il n’y aura donc pas de base de données centralisées comme en France.

Toutefois, le consortium s’est éloigné de la norme créée en Europe. Il se concentre sur le protocole utilisé par Apple et Google, qui devrait fonctionner sur quasiment tous les smartphones du marché.

Légalité

L’application aura peut-être plus de chances de plaire à l’Autorité de protection des données (APD) que le système de call-center. L’instance qui veille au bon respect des lois sur le protection des données vient de rendre un avis en urgence sur l’arrêté royal du 4 mai qui entoure le tracing actuel. Le journal L’Echo en a pris connaissance. Le texte affirme que la loi est contraire au RGPD.

La base de données centralisée gérée par Sciensano est le problème le plus important. Pour l’APD, cela offre des possibilités de recoupement et nuit à l’anonymat. Une application décentralisée devrait permettre d’éviter ce problème.

En outre, le système actuel de tracing à la belge viole le secret médical puisque les médecins sont obligés de déclarer les personnes malades. Des modifications devront donc être apportées si la Belgique veut rester dans la légalité.