Avec Kevin McCarthy, la Chambre des représentants des États-Unis a un nouveau président, mais il n’est que l’otage de son propre parti

Vendredi soir, le théâtre burlesque que l’on a pu regarder « en direct » dans les salons américains pendant trois jours a finalement pris fin. Après le 15e tour de scrutin qui a finalement permis de désigner le président de la Chambre des représentants des États-Unis, de nombreux républicains ont poussé un soupir de soulagement. Pourtant, cela ne semble être que le point de départ du chaos qui s’installe en Amérique pour les deux prochaines années.

Pourquoi est-ce important ?

Kevin McCarthy succède à Nancy Pelosi comme président de la Chambre. L'étroitesse de la majorité républicaine et la rébellion d'une faction d'extrême-droite au sein du GOP ne sont pas de bon augure pour le poids de la législature. Ironiquement, l'homme qui a défendu Trump contre vents et marées est maintenant pris en otage par 20 fidèles de Trump. 

Une épée au-dessus de la tête de McCarthy : "Libérez le fauteuil"

Dans l'actualité : le républicain Kevin McCarthy a été élu président de la Chambre vendredi soir. Il devient le second en lice pour la présidence après la vice-présidente Kamala Harris. 

  • Son élection a été une douloureuse affaire. McCarthy n'a pas atteint la majorité car une vingtaine de fidèles de Trump voulaient à tout prix empêcher son élection.
  • Mais lorsqu'il s'est avéré qu'aucun autre r
Cet article premium est réservé aux abonnés
Devenez un abonné et obtenez un accès immédiat et illimité à tous les articles. Maintenant à partir de 1,99€/mois.

Oui, je veux avoir accès à tous les articles premium
Peut être annulé à tout moment
Déjà abonné ? Connectez-vous .
Plus d'articles Premium
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20