Les talibans entrent dans Kandahar et prennent Hérat, Kaboul leur propose un partage du pouvoir

Pour mettre fin aux violences des talibans qui prennent le contrôle de l’Afghanistan à un rythme effréné, les négociateurs de Kaboul ont proposé un accord de partage du pouvoir.

Après que les États-Unis ont retiré leurs troupes du pays, les talibans sont peu à peu parvenus à prendre le contrôle de l’Afghanistan avec une grande violence et à un rythme effréné. Ils ont ainsi réussi à capturer 9 grandes villes du pays, dont la dernière en date, Ghazni, se trouve à seulement 150 km de Kaboul, la capitale du pays. Pour mettre fin aux violences qui se rapprochent de plus en plus, les négociateurs de Kaboul ont proposé aux talibans un accord de partage du pouvoir, a indiqué une source proche du gouvernement afghan à l’AFP.

« Oui, le gouvernement a soumis une proposition au Qatar en tant que médiateur. La proposition permet aux talibans de partager le pouvoir en échange d’un arrêt de la violence dans le pays », a indiqué cette même source.

Le mois dernier, les talibans avaient annoncé qu’ils publieraient leur plan de paix courant août, mais on l’attend toujours. Ils ont en tout cas rempli leur principal objectif : le départ de toute force étrangère en Afghanistan.

Entretemps, les talibans ont annoncé s’être emparé de Kandahar ce jeudi, l’ancienne capitale impériale et la principale ville du sud du pays. La veille, selon l’agence de presse turque Anadolu Agency, des leaders islamistes avaient annoncé sur les réseaux sociaux s’être emparé de la prison de la ville, et d’avoir ainsi libéré nombre de leurs sympathisants. Le personnel de l’établissement pénitentiaire s’était rendu aux insurgé et avait remis ses armes.

Les talibans viennent de publier des images de leurs combattants dans les rues de Kandahar et, malgré les tirs qui résonnent au loin, ceux-ci semblent se sentir suffisamment en sécurité pour ne pas s’abriter.

En fin de journée, l’AFP a annoncé la chute de Hérat, la troisième ville du pays avec 44.000 habitants. Les insurgés « ont tout pris », a indiqué à l’AFP un haut responsable des forces de sécurité sur place, précisant que les forces afghanes avaient battu en retraite « pour empêcher plus de dommages dans la ville » et se retiraient vers une base militaire située à Guzara, un district voisin. Les talibans ont  hissé leur drapeau au-dessus du siège de la police de Hérat en fin de journée, sans rencontrer de résistance.

Entretemps, l’aveu du gouvernement afghan qu’il avait proposé un partage de pouvoir aux talibans entraine une levée de boucliers à l’international. L’Allemagne a annoncé qu’elle ne fournira plus de soutien financier à l’Afghanistan si les talibans prennent le pouvoir et introduisent la charia, a déclaré son ministre des Affaires étrangères.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20