‘Il y a précisément 12 personnes derrière la plupart des mensonges sur les vaccins Covid-19’

La majeure partie des plus gros mensonges qui circulent sur les réseaux sociaux autour des vaccins contre le Covid-19 sont le fait des 12 mêmes personnes, révèle une étude du Center for Countering Digital Hate (CCDH).

Le CCDH est une organisation américaine à but non lucratif disposant de bureaux à Londres et à Washington. Le centre a enquêté sur le nombre de personnes actives sur les réseaux sociaux afin de produire et diffuser de fausses histoires sur les vaccins contre le Covid-19 sur Facebook, Twitter ou encore Instagram.

Le CCDH est arrivé à une conclusion surprenante: les douze mêmes personnes sont à l’origine de la majeure partie de cette désinformation.

‘La douzaine de la désinformation’

Dans les résultats de l’étude, ces personnes sont désignées sous le nom de ‘Disinformation Dozen’, soit ‘La douzaine de la désinformation’.

‘Ensemble, elles produisent 65% de toutes les fausses informations sur les vaccins que l’on peut trouver sur les principales plateformes de réseaux sociaux’, estime Imran Ahmed, CEO du CCDH.

Qui sont ces personnes? Selon le CCDH, il s’agit d’antivax connus, d’adeptes des théories du complot, d’experts autoproclamés en ‘médecine alternative’ et même de scientifiques en désaccord avec le reste de la communauté universitaire.

Certains d’entre eux possèdent plusieurs comptes sur les différentes plateformes de réseaux sociaux. Par le biais de ces comptes multiples, ils vendent souvent également des livres contenant d’autres fausses informations ou encore des compléments alimentaires qui pourraient ‘éradiquer’ le virus dans le corps humain.

Après la publication de l’enquête, Facebook aurait supprimé de ses plateformes un certain nombre de comptes appartenant à la ‘Disinformation Dozen’, écrit la National Public Radio (NPR).

Conséquences fatales

Plusieurs membres du Congrès américain auraient déjà exhorté Facebook et Twitter à exclure définitivement ‘La douzaine de la désinformation’ de leurs réseaux numériques.

‘Il est essentiel à l’heure actuelle de faire vacciner les Américains et de mettre ainsi la pandémie derrière nous. La désinformation sur les vaccins peut avoir des conséquences fatales. C’est pourquoi j’ai demandé aux plateformes de réseaux sociaux de prendre des mesures contre ceux qui propagent la majorité de ces mensonges’, a déclaré la sénatrice démocrate du Minnesota Amy Klobuchar à NPR.

Par ailleurs, les messages qui diffusent de la désinformation ont récemment été marqués par Facebook d’une étiquette indiquant clairement qu’il s’agit de ‘fake news’. Et les utilisateurs qui partagent de tels messages de manière répétée sont bannis de la plateforme.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés